Comme en France, Italie...l'opposition sénégalaise au Canada dénonce à son tour "l'amateurisme" dans le processus électoral

Afrique Connection | 01 / 03 / 2017 à 04:42

Les consuls généraux du Sénégal et les représentants de la CENA à l'extérieur se seraient-ils donnés le mot pour semer le bordel dans les opérations d'inscriptions des Sénégalais de la diaspora sur les listes électorales? En tout cas, partout dans la diaspora les représentants de l'opposition et de la société civile haussent le ton pour dénoncer des "fraudes", une "discrimination" ou encore "l'amateurisme" des autorités locales sénégalaises.

Ainsi après l'Italie, l'Espagne, la Belgique, ou encore la France où l'opposition a récemment mené une opération commando au consulat général de Paris pour crier sa colère, les opposants sénégalais au Canada enrent à leur tour dans la danse de la contestation. 

"L’opposition sénégalaise au Canada, regroupée au sein de la Table de concertation de l’opposition (TCO) n’est pas satisfaite, alors pas du tout, de la Commission Administrative (CA) d’inscription sur les listes électorales basée à l’ambassade du Sénégal, à cause d’un certain « amateurisme », tout comme elle affirme que la Délégation extérieure de la Cena au Canada (De-Cena) « a assumé ses responsabilités », écrit le journal Direct Info, relayant un communiqué de la coalition dénommée "Table de Concertation de l’Opposition (TCO) au Canada".


Les représentants des partis et mouvements politiques sénégalais vivant au Canada indiquent qu’ils « auraient aimé être à l’écart de certaines histoires d’horreurs que des compatriotes des autres pays leur rapportent, quotidiennement, concernant la révision exceptionnelle des listes électorales en vue des élections législatives de 2017 ». Mais, hélas, se désolent-ils, « c’était sans compter avec des personnes de l’ambassade, membres de la Commission administrative, qui ont décidé, tout simplement, d’étaler leur amateurisme et leur grande ignorance des réalités de la communauté sénégalaise du Canada, en plein jour ». 

Pour la TCO, "le consensus qui a toujours prévalu en matière électorale, ici au Canada, a été rompu". 

Ce qui est serait en notamment en cause, c'est le calendrier des opérations de refonte du fichier électoral. Celui-ci aurait été envoyé "sans qu’il ait eu une seule rencontre de la commission administrative et pourtant" créée  le 3 janvier dernier, accusent les opposants. 

 
« Ceux qui agissent ainsi se sont lourdement trompés de clientèle. Il est donc temps pour nos amateurs de se ressaisir et d’arrêter de vouloir agir de manière unilatérale en dehors de la commission (...) Leurs actes mèneront vers des lendemains très incertains, pour une organisation sereine des inscriptions ici au Canada », avertissent la coalition de l'opposition.

Cheikh SARR

Afrique Connection TV