sur la route de la présidentielle sénégalaise

APR France : à Trappes, des scènes de réconciliations forcées, et des questions (avec les images des retrouvailles inédites)

Afrique Connection | 01 / 10 / 2018 à 09:53

trappes.jpeg

En haut, Madame Mabacké et Thiapatel Sall; en bas, Hameth Sarr et Demba Sow

Moins d'un mois après la surprenante réconciliation à Boulogne entre le coordonnateur de l'APR France et la présidente du mouvement des femmes de ce parti en France, les partisans de Macky Sall à Paris ont offert un spectacle similaire, samedi à Trappes. Mais en plus grand. Et encore plus inattendu.

À l'invitation de la section de Trappes, tous les « incompatibles » de l'APR France s'étaient retrouvés sur place. Prétexte : un symposium sur les parrainages. Bref, un moyen de mobiliser davantage les troupes, en cette période de collecte de parrainages citoyens en vue de la présidentielle de février 2019. ça ne pouvait pas mieux tomber, puisque les responsables, militants et soutiens se sont déplacés en masse. 

Il y avait ainsi les femmes « incompatibles » : la présidente du mouvement des femmes APR France, Madame Mbacké, "marraine" de la rencontre, qui a beaucoup mobilisé pour la circonstance, s'était ainsi retrouvée dans un même lieu avec la sœur de Macky SALL, Rokhaya, considérée comme la marraine du groupe dissident dit « comité de pilotage » coordonné par Thiapatel SALL, qui fait partie de la section de Trappes.

A (re)lire également: Hamet SARR signe une paix inattendue avec Madame Mbacké et ses « audioistes »: les larmes de la réconciliation, le ministre « Thiouks » persona non grata

Il y avait aussi les hommes « incompatibles », à savoir le coordonnateur Hameth SARR, "parrain" de la manifestation, et son bureau, côte à côte avec son « ex-frère », le député de la diaspora Demba SOW ; deux hommes jadis inséparables mais qui ne se parlent plus, qui ne partagent plus rien depuis de longs mois.

Tous les ingrédients étaient ainsi réunis pour que la rencontre de parrainages vire au vinaigre. « On avait vraiment peur que ça se termine mal », glisse une source. « Les choses ne se sont pas passées comme prévu. Ces réconciliations n'étaient pas du tout prévu dans le programme », renchérit une autre source.

Réconciliation ! Le mot est lâché. En effet, grâce à la diplomatie des griots des deux camps, non seulement « l’affrontement » tant redouté n'a pas eu lieu, mais tous les hommes et toutes les femmes incompatibles sont à nouveau compatibles : en clair, ils ont fumé le calumet de la paix.

Au micro, les griottes des deux tendances se sont relayées pour appeler à l'unité, à la réconciliation, à faire preuve de dépassement et ne penser qu'à l'intérêt du candidat de Benno Bokk Yakaar, Macky SALL. Mis devant le fait accompli, les intéressés n'avaient plus d'autre choix que de répondre positivement à l'appel, que de s'accepter les unes et les autres. Gare à celui ou celle qui n'écoutera pas à l'appel public au pardon…

Le reste n'est qu'une formalité. Madame Mbacké, Rokhaya Sall, Thiaba Sall, Hameth Sarr, Demba Sow...tous les protagonistes, dans leur discours, feront preuve de grandeur. Certes, tour à tour, chacun martèlera n'avoir rien compris pourquoi untel lui prend pour un « ennemi », lui fait la guerre...Mais tous accepteront la main tendue des uns et des autres. Tous disent avoir « pardonné ». Et soulignant que le « plus important c'est Macky SALL ».

Tous ces beaux discours ont été gratifiés par des accolades inimaginables il y a seulement quelques trois heures plus tôt. Des larmes d'émotion aussi. 

Mis au parfum par ses oreilles tapies dans la salle, le ministre de la Formation professionnelle, Mamadou Talla « Thiouks » a appelé depuis Dakar séance tenante pour saluer le bon sens de ses camarades de Paris.

Cependant, plusieurs questions se posent. Ces réconciliations obtenues devant un fait accompli sont-elles sincères ? Comment une paix qui n'a pas été préalablement négociée peut-elle durable ? Les « incompatibles » n'ont-il pas simplement « joué le jeu » devant le public, de peur d'être taxé comme celle ou celui qui refuse la paix ? Madame Mbacké va t-elle prendre son téléphone et appeler Rokhaya Sall et Thiapatel Sall pour parler du parti, et vice versa ? Les « rebelles » vont-elle dissoudre le comité de pilotage et rentrer dans le rang, derrière la présidente du mouvement des femmes ? Ou vont-elles plutôt refaire le coup d'il y a quelque temps: déclarer la paix et la réconciliation, mais revenir dans la foulée sur leur décision en continuant à mener leurs propores activités? Quid de Hameth Sarr et Demba Sow ? Tout est bien qu finit bien, ou on va laisser le temps faire les choses ? Leur complicité et leur sourire sur la photo est-il sincère?

Thierno DIALLO, Afrique Connection

Afrique Connection TV