Après la fermeture du consultat de Bordeaux annoncé au 7 juillet

"Touche pas à mon consulat": en colère, les Sénégalais de Bordeaux entrent en résistance et dénoncent un "règlement de compte politique", Moise Sarr appelé à la rescousse

Afrique Connection | 02 / 07 / 2019 à 09:41

La nouvelle est tombée comme un couperet: De façon inattendue, Macky Sall a sorti le sabre pour trancher le consulat du Sénégal à Bordeaux. L'administration, ouverte sous le règne d'Abdoulaye Wade afin de faciliter les démarches administratives aux nombreux Sénégalais de la région (Nouvelle-Aquitaine), sera définitivement fermée le 7 juillet.

Tous les agents, une vingtaine selon nos informations, sont rappelés dare dare à la chancellerie, à Dakar. Au moment où ces lignes sont éditées, ils sont probablement en train de préparer leurs cartons et valises. D'ailleurs, à en croire une source, le consulat n'a pas ouvert ses portes lundi au public. 

C'est une nouvelle qui est tombée donc comme un couperet. Personne n'avait rien vu venir. Chez les partisans de l'APR Bordeaux et ailleurs en France, c'est la consternation, mais aussi une grosse déception vis à vis de Macky Sall. Il faut dire que cette décision a réduit comme peau de chagrin les espoirs de pouvoir, de promotion. Car, ce n'est un secret pour personne, que beaucoup de responsables cherchent (ou s'attendent) à être casés dans un des services consulaires du Sénégal en France. Comme ce fut le cas lors de la première élection du Président Sall en 2012.

Pour le Sénégalais lambda, cette fermeture va sûrement rendre compliqué les démarches administratifs. Ils seront rattachés à une autre juridiction. Paris? Lyon? ou Marseille? Ils attendent de voir quelle destination de TGV ils devront se familiariser.

Officiellement, cette fermeture, qui ouvre un processus qui toucherait 33 services consulaires et bureaux économiques dans des ambassades, entre dans le cadre d'une politique de rationalisation des dépenses publiques. Mais, pour les Bordelais, ce souci de "rationalisation" est juste une "couverture", un "alibi".

"C'est juste un règlement de compte politique parce qu'on a perdu les élections à Bordeaux"

Pour eux, la raison est plutôt politique.  Macky Sall aurait décidé de raser le consulat pour faire payer aux Sénégalais, sanctionner ses partisans surtout, suite à la bérézina suibite par sa coalition lors de la présidentielle de février dernier. Le candidat, qui sera réélu malgré tout, perdra dans tous les bureaux de vote. Depuis, les langues se délient sur le sort des responsables consulaires.

Dans les réseaux APR de France, beaucoup avait parié que Macky Sall allait sévir en débarquant le consul Abdourahmane Koita et la vice-consul Aissata Dia. Cette même sanction est d'ailleurs annoncée dans tous les autres consulats de France. Mais finalement le président sénégalais a fait dans le radical en raillant purement et simplement Bordeaux de la carte consulaire de France.

Hélas, à chaque fois qu'on toque à une porte, la réponse était la même chez les compatriotes

"Pourquoi il a commencé par Bordeaux? C'est juste un règlement de compte politique parce qu'on a perdu les élections à Bordeaux. Mais ce n'est pas de notre faute si on a perdu. Nous n'avons pas ménagé nos efforts pendant la campagne pour vulgariser les réalisations du Président, ses projets,etc... Hélas, à chaque fois qu'on toque à une porte, la réponse était la même chez les compatriotes: "nous reconnaissons le travail de Macky Sall, mais sa personne ne nous convient pas". Nous-nous sommes rendu compte que pour gagner les coeurs, le travail seul ne suffisait pas. Les gens ne l'aiment pas malgré tout ce qu'il fait pour le Sénégal. Et ça, nous ne comprenons pas pourquoi", dénonce une militante de la section APR de Bordeaux, très remontée par cette décision aussi surprenante que soudaine.

"Les partisans de la première heure de l'APR se sentent punis par cette décision

"Les partisans de la première heure de l'APR se sentent punis par cette décision. Aujourd'hui ils sont déboussolés. Et ils sons sans interlocuteurs parceque les cadres ne répondent plus au téléphone; pourtant nous sommes la base", renseigne t-elle.
Avant de conclure sous forme d'un cinglant rappel à l'ednroit de Macky Sall, très amère: "nous -nous sommes battus depuis 2011. Nous avons pris de nos moyens pour le soutenir. Nous avions jamais perdu d'élections à Bordeaux. Et là, comme guise de récompense, le Président ferme le consulat. Il n'a pas le droit de nous traiter de la sorte, c'est la diaspora qui l'a élu en 2012."

En tout cas, aussitôt la nouvelle tombée en début de week-end, les Sénégalais se sont mobilisés spontanément pour organiser la résistance. Car ils ne comptent pas "se laisser faire", et ne désespèrent pas que le Président puisse revenir sur sa décision.
Sous la houlete de la section bordelaise de l'Union des travailleurs sénégalais de France, un appele a été lancé samedi pour une réunion en urgence le lendemain.

"Nous refusons de subir les représailles de Macky Sall"

"Les résultats catastrophiques de Macky Sall lors de la dernière élection présidentielle sont passés par là. Nous refusons de subir les représailles de Macky Sall. La réduction du train de vie de l’Etat est un argument  dénoué de tout fondement en ce qui concerne le consulat de Bourdeaux. Cette fermeture est actée et les agents consulaires sont rappelés. Et pour les contrats locaux qui vivent de ce salaire? La Nouvelle Aquitaine et les frontaliers espagnoles se battrons pour conserver ce service consulaire pour le bien des Sénégalais de tout bord. Rendez-vous tous à l’assemblé générale des Sénégalais demain dimanche à 17h à la salle de l’UTSF", lit-on dans le texte de l'appel.
A cette réunion, les Sénégalais se sont insurgés contre la mesure. Ils appréhendent déjà la galère qu'ils vont devoir vivre à nouveau, comme au bon vieux temps où il leur fallait monter sur Paris pour leurs démarches administratives.
Pour mener la résistance, un collectif "Touche pas à mon consulat" a été monté lundi soir lors d'une nouvelle réunion. Et il a déjà une série d'actions urgentes dans son agenda: manifestation devant le consulat ce  mardi à partir de 15h, et ce vendredi à 16h, une pétition ouverte à partir de ce mardi. 

Parallèlement, des voix de l'APR- Bordeaux ont lancé un appel à leur "concitoyen et ami", le Secrétaire d'Etat chargé des Sénégalais de l'extérieur, Moise Sarr. "Nous lui demandons de nous aider à maintenir ouvert le consulat", supplie t-on à Bordeaux.

Thierno DIALLO, Afrique Connection

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV