Polémique sur les centrafricains tués, samedi

La MISCA dément l’ONU : poker menteur à Bangui

Afrique Connection | 04 / 04 / 2014 à 03:38

centrafrique soldats tchadiens marché bangui.jpg

Des soldats de la force africaine, la MISCA, à Bangui, la capitale centrafricaine

Que s’est-il vraiment passé le 29 mars dernier à Bangui ? Dans un rapport accablant, l’ONU accuse les soldats tchadiens d’avoir tué délibérément 30 personnes et d’en avoir blessé 300, dans un marché de la capitale centrafricaine. Mais, aujourd’hui la force africaine, la MISCA, est sortie de sa réserve pour prendre la défense du Tchad, en traitement le rapport de l’ONU « complètement imaginaire ».

 

Le conflit centrafricain est en train de prendre une tournure que personne ne pouvait imaginer il y a une semaine ; celui de la guerre verbale entre les Nations-Unis et la force africaine, la MISCA. Et c’est l’objet de divergence, c’est les tchadiens. Ces derniers sont en effet mis en cause par un rapport accablant de l’ONU, qui les accuse d’avoir tué des civils centrafricains. Interrogé cet après-midi par la chaîne France 24, Rupert Colville, le porte- parole du Haut commissariat aux Droits de l’Homme des Nations Unis, explique : « Il y a d’un côté les soldats de la Misca et de l’autre ceux de l’armée  régulière tchadienne pour gérer l’évacuation. Pour l’instant, c’est très confus. On ne sait pas vraiment qui a tiré. Mais selon des témoins, il s’agirait des soldats de l’armée régulière tchadienne et non des hommes de la Misca. D’après nos informations ,7 ou 8 pick-up sont arrivés dans ce quartier nord de Bangui, c’est l’un des deux quartiers de la ville où sont encore réfugiés des musulmans. Les Tchadiens ont sauvé de nombreuses vies lorsqu’ils ont évacué des gens qui étaient fortement menacés. Et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils se seraient à rendu dans ce quartier composé en partie de ressortissants thadiens.  Mais pourquoi ils ont tiré sur la foule dans un marché ? C’est ce qu’on cherche à savoir ».

Le chef de la MISCA : c’est « une situation complètement imaginaire »

Appelé à donner sa version des faits, la MISCA, par la voix de son chef en personne, Général Jean-Marie Michel Mokoko,  n’a pas caché sa colère, en prenant fait e cause des soldats tchadiens accusés de bavure. « Je suis surpris d’entendre, de la part par d’une institution aussi réputée à travers le monde que les Nations Unis, rendre compte d’une situation qui est absolument fausse. Je le dis en pesant mes mots, qu’il s’agit là d’une situation complètement imaginaire. Ce n’est pas ce qui s’est passé. Pour mettre tout le monde d’accord, il s’agit d’un commandant de bataillon tchadien  -étant donné la délicatesse de la situation j’aurais pu donner le nom de ce colonel qui est un officier compétent et qui a fait les mêmes écoles que les autres et qui a l’avantage d’être jeune-  qui venait de prendre son commandement au quartier général. Il devait aller inspecter les troupes placées sous son autorité située dans la partie nord du pays. Le commandant de la force a donc prélevé sur sa réserve personnelle une unité tchadienne pour accompagner ce chef de bataillon. Il s’y est rendu, il a effectué sa mission qui a duré une semaine dans cette partie qui est réservée au contingent tchadien. C’est au retour au PK12 que ce convoi a été pris à partie par ceux qu’on appelle les anti- balakas. Alors, qu’on me dise que les Tchadiens sont rentrés dans un marché et se sont mis à tirer sans discernement sur les populations… »

A lire également: A Paris, les Centrafricains jouent la troisième mi-temps de la crise

Alors, qui dit vrai ? Qui dit faux ? Mis sur le banc des accusés, le Tchad n’attendra pas la réponse à ces deux questions. En colère contre cette accusation, il a tout simplement annoncé le retrait de son contingent en Centrafrique. C’était hier, à Bruxelles (Belgique),  en marge de la clôture du sommet Union européenne-Afrique. Au moment où ces lignes son bouclées, les premiers soldats du contingent tchadien seraient même en train de quitter Bangui.

Thierno DIALLO  

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV