MALI: CE GÉNÉRAL QUI A ÔTÉ SON UNIFORME POUR BRIGUER LE FAUTEUIL DE IBK

Afrique Connection | 04 / 12 / 2017 à 09:57

Traditionnellement, quand les officies de l'armée veulent le pouvoir, ils le prennent de force sans prévenir. Au Mali, un général vient de tordre le coup à ces pratiques bien connues sous nos tropiques. Il s'agit du général et ancien ministre Moussa Sinko Coulibaly, qui a tout simplement démissionné de l’armée afin de se présenter à l’élection présidentielle prévue en juillet 2018.

 

Dans sa lettre de démission, le général affirme vouloir ainsi « contribuer autrement à trouver les solutions aux défis politique, économique, éducatif, culturel et social auxquels notre pays est confronté »,

Lors d’une rencontre avec la presse dimanche, des proches de l’officier ont expliqué que son objectif était d’affronter le président Keïta au scrutin de 2018.

« Pour faire de la politique, la loi obligeait le général Moussa Sinko Coulibaly à démissionner de l’armée. C’est fait. Maintenant, nous voulons avec lui, réaliser l’alternance en 2018 » a déclaré Idrissa Diakité, un de ses principaux soutiens, estimant que « l’actuel président a échoué », rapporte l'AFP.

Membre de la junte du capitaine Amadou Sanogo après le putsch de mars 2012, le général Coulibaly, diplômé de la prestigieuse école militaire française de Saint-Cyr, a ensuite, en tant que ministre de l’Administration territoriale d’un gouvernement de transition, organisé l’élection de 2013, remportée par Ibrahim Boubacar Keïta, un poste qu’il a conservé pendant quelques mois sous le nouveau président.

Yahiya TRAORE, Afrique Connection

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV