sur les routes de campagne

Cacaphonie: Sonko à Kaolack sans «ses» journalistes

Afrique Connection | 05 / 02 / 2019 à 08:59

Le meeting de Sonko à Kaolack s’est tenu sans les journalistes qui doivent couvrir sa campagne, et pour cause. Laissés en rade à Dakar, les pisse-copies n’ont pu rejoindre la capitale du Saloum que tardivement. Et ce n’est pas tout !

Le staff de la coalition de Sonko est pointé du doigt pour l’organisation de la campagne entachée par le mauvais traitement subi par les journalistes… En effet, chez Ousmane Sonko qui s’autoproclame le candidat de l’anti-système, c’est la plus incroyable cacophonie.

Le désordre total ! Sur le papier, un succès assuré, dans la réalité, un désastre absolu. Les langues (elles sont bien là pour ça), se délient. Le Sonko à la télé et dans les Réseaux sociaux, c’est du nickel. Sauf que là, on est sur le terrain de l’incurie et de l’organisation d’une campagne désastreuse.

Depuis le démarrage de la campagne, l’entourage de Sonko impose aux journalistes de rester des heures et des heures statiques en plein air. La journée d’avant-hier était déjà mal engagée pour les journalistes qui, ne disposant pas de véhicules, ne savaient où aller. Le chargé de com’ était invisible et introuvable. Au deuxième jour de sa campagne, Sonko s’est envolé sur Kaolack sans les journalistes qui doivent couvrir sa campagne électorale. Il a été contraint d’annuler son meeting programmé dans la capitale du Saloum hier lundi après-midi.

Les raisons avancées par le chargé de communication de la coalition « Sonko Président » prouvent à suffisance la légèreté avec laquelle la campagne du leader du Pastef est gérée. « La presse n’est pas encore arrivée sur les lieux (Kaolack). En effet, il y a eu un problème de véhicule pour le transport des journalistes vers Kaolack. » Convoqués à la permanence de Pastef à 7 heures, les confrères, venus en nombre, ont poireauté jusqu’à 15 heures avant d’avoir un bus à leur disposition.

Ce qui fait qu’ils ne pourront pas être à Kaolack à temps pour couvrir la rencontre. Maltraités, certains professionnels de l’information s’insurgeant contre le manque d’organisation des responsables de cette coalition, ont préféré bouder la caravane et retourner dans leurs rédactions respectives. C’est dire que les journalistes travaillent dans des conditions difficiles depuis le démarrage de la campagne du  candidat Sonko. Rewmi

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV