Pistorius pleurait «comme quand on est en danger»

Afrique Connection | 06 / 05 / 2014 à 06:30

Le «plus proche voisin» d'Oscar Pistorius a déclaré, mardi lors du procès de l'athlète, avoir entendu un homme pleurer «comme quand on est en danger», la nuit du meurtre de Reeva Steenkamp.

Michael Nhlengethwa, qui s'est présenté comme «le plus proche voisin» d'Oscar Pistorius, a affirmé avoir entendu «un homme pleurer très fort» la nuit du meurtre de Reeva Steenkamp. «Il pleurait comme on pleure quand on est en danger, quand on a besoin d'aide», a-t-il poursuivi au cours du 27e jour d'audience du procès du champion paralympique, accusé d'avoir tué sa compagne le 14 février 2013.

«Jamais entendu de femme crier»

L'avocat de la défense, Barry Roux, lui a ensuite demandé si la voix de Pistorius à cet instant était très aiguë. Le détail est d'importance, car d'autres voisins affirment avoir entendu des appels à l'aide d'une femme, alors que la défense soutient qu'il s'agissait de Pistorius, dont la voix se serait brisée sous le coup de l'émotion. «C'était une voix très aiguë», a répondu M. Nhlengethwa. Son épouse a par ailleurs ajouté qu'elle n'avait «jamais entendu de femme crier».

Oscar Pistorius, accablé et en sanglots, se tenait la tête entre les mains pendant tout le témoignage de son voisin, qui a également déclaré que l'athlète avait présenté Reeva Steenkap comme «sa fiancée», une semaine avant le drame.

Avec L'Equipe.fr et AFP

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV