Gabon: les syndicats mobilisent dans la rue contre les mesures d'austérité

Afrique Connection | 06 / 08 / 2018 à 08:43

Jean-Remy-Yama-@timesinfos2.jpg

Jean-Rémy Yama, leader du groupement syndical Dynamique unitaire

Plus de 3.000 personnes se sont rassemblées à l'appel des syndicats jeudi 02 août à Libreville au Gabon pour protester contre les mesures d'austérité touchant les fonctionnaires civils, a constaté l'AFP sur place. "Nous ne pouvons pas accepter de payer une facture pour laquelle nous ne sommes pas responsables", a déclaré le leader du groupement syndical Dynamique unitaire, Jean-Rémy Yama, devant plus de 3.000 personnes rassemblées dans l'enceinte d'un stade de basket, tout en annonçant une marche pour le 13 août.

 

"Ceux qui nous demandent de payer ces factures-là ne nous montrent pas l'exemple. On ne connaît pas le salaire d'Ali Bongo Ondimba (le président gabonais), on ne connaît pas le salaire des hommes politiques", a ajouté le leader syndical, qui a reconnu quant à lui toucher 2 millions de FCFA (3.000 euros).

La révélation récente dans la presse nationale de l'achat de voitures de luxe dont une à 158.000 euros par le vice-président Pierre-Claver Maganga Moussavou a suscité l'indignation de nombreux Gabonais. Le gouvernement de Libreville a adopté il y a un mois des mesures d'austérité touchant les fonctionnaires civils. Les mieux payés devraient voir leurs salaires réduits, en proportion du montant touché.

Annoncée pour la fin du mois de juillet, la coupe dans les salaires a finalement été reportée. Le gouvernement a cependant annoncé avoir démasqué en juillet plus de 6.000 fonctionnaires fictifs suite à la mise sous "bons de caisse", sorte de fiche de paye à présenter à la banque, d'environ 50.000 agents d'Etats.  Plusieurs fonctionnaires dénoncent des dysfonctionnements administratifs qui auraient empêché certains de recevoir leur bon de caisse.

Le gouvernement gabonais veut réduire la masse salariale afin d'atteindre un objectif global d'économie de 70 milliards (106,7 millions d'euros) d'ici la fin de l'année sur celle-ci. Entre 2008 et 2016, la masse salariale de l'Etat s'est accrue de 135%. La Défense nationale n'est pas touchée par l'austérité et l'armée est "la première administration du pays", relève l'économiste gabonais Mays Mouissi, qui estime que des efforts pourraient être faits au niveau de la Présidence.

"La dotation budgétaire prévue au titre des dépenses d'investissement de la Présidence de la République a été revalorisée de 300% entre la loi de finances initiale et le projet de loi de finances rectificatives de 2018 pour atteindre 4 milliards FCFA (plus de 6 millions d'euros)", a analysé M. Mouissi.

Avec afp et Figaro

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV