Une tricherie en bande finement organisée, un gouvernement équivoque, une opposition molle: le coup de gueule de Lafleur Dehi Diop Awa Pélagie

Afrique Connection | 07 / 08 / 2017 à 08:56

Tribune

 

Je suis atterrée, décontenancée par ce qui ce passe dans mon Pays.

Macky Sall, l’homme au double visage, a trahi notre confiance je regrette et regretterai jusqu’à mon dernier souffle d’avoir contribué et participé tant soit peu à son élection. Effectivement, nous étions tous emballés par ses beaux discours de construction, d’homme engagé épris de la justice.

Dès son ascension, il est frappé progressivement par le syndrome redoutable d’Alzheimer, plongé dans une mare d’ amnésie incurable et inquiétante. Il découd une par une toutes les promesses tenues. La plus célèbre fut de ramener à 5 ans son mandat de 7 ans qui mit bas à un référendum injustifié très couteux pour notre pays qui économiquement battait de l'aile, pas parce que nous sommes pauvres, non loin de là, mais tout simplement parce que notre très cher Président de la République s’est octroyé le plein droit de nous priver de nos deniers publics au profit des siens. Et pour se faire une bonne presse, pour passer pour le meilleur élève subordonné, laisse libre-service aux Occidentaux .

Le Sénégal n’a depuis son indépendance connu un règne aussi médiocre, ou cohabite la peur et l’appréhension en permanence...

Tout est entrepris sur mesure, avec Macky rien n’est laissé au hasard tout est calculé jusqu’aux moindres détails.
Un petit rappel en 2012 ,le même Macky alors candidat avait exigé de son prédécesseur que la personne qui devait s’occuper de l’organisation du processus électoral devait être neutre, ce qui lui a été accordé sans difficulté. Cela n’a pas été le cas quand nous, l'opposition, avions exigé la démission du ministre de l’Intérieur se trouvant également être un parent direct au Consul général de Paris ( ayant tous les deux joué un rôle prépondérant dans ce processus) pour conserver la neutralité dans l’organisation d’un scrutin transparent, aucune importance nous a été accordé. Alors quand j’enttends le parti au pouvoir dire que les partis de l’opposition refusent tout dialogue…. mais de qui se fout- on ?

De l’inscription sur le fichier électoral à la délivrance des cartes des manquements ont été relevés, des irrégularités avec preuves à l’appui tout ceci sans inquiéter les meneurs car ils avaient le soutien et la protection du Président de la République.
Un holdup électoral flagrant et extraordinaire par des rétentions des cartes, le déplacement de bureau de vote pour des personnes qui ne leur étaient pas favorables, moyens de mobilité mis à la disposition des sympathisants de la majorité présidentielle….

Pourquoi, aujourd’hui où notre démocratie est violée sans préservatifs, le peuple oppressé, opprimé, privé de sa liberté d’expression nous adoptons ce comportement passif, de soumission, de fatalisme ?

Il est temps de mettre fin une fois pour toute à ce régime d’extorsion et d’annihilation.
Le Sénégal n’a depuis son indépendance connu un règne aussi médiocre, ou cohabite la peur et l’appréhension en permanence, sans oublier l’achat de conscience, avec un procureur du gouvernement et non de la République
Nous avions combattu ardemment Maitre Wade, parce que soit disant notre démocratie se sentait menacée. Ma question est la suivante : Pourquoi, aujourd’hui où notre démocratie est violée sans préservatifs, le peuple oppressé, opprimé, privé de sa liberté d’expression nous adoptons ce comportement passif, de soumission, de fatalisme ?
Opposition ne rime pas avec poltron, nous murerons tous tout bas notre exaspération, notre indignation et l’adversaire en face est immunisé et sait comment nous contenir : par des intimidations, une pensée à Nelson Mandela quand il fallait faire un choix entre l’injustice ou la liberté la question ne s’est pas posée, ou Khalifa A. Sall qui a privilégié sa dignité ses valeurs à la liberté ,ou encore Amy Collè coupable d’avoir osé dire tout haut ce que nous pensions tous sans aucun doute tout bas.

Nous avions laissé à Macky et son gouvernement le champ libre pour ces agissements démesurés, inhumains par peur d’être dignement un Nelson Mandela, un Kwamé Nkrumah, un Patrice Lumumba, un Khalifa Sall, une Amy Collè. Dommage des Barthelemy Dias on en compte sur les doigts d’une main, il est temps de prendre l’exemple sur ce dernier qui ne recule devant rien pour se faire entendre. Khalifa Sall, même en prison continue à faire peur, Macky a tenu ses promesses sur ce coup de l’anéantir : l’emprisonner à tort, le maintenir en prison sans être juger, le priver de campagne, lui arracher la ville la plus convoitée, Dakar, l’étape suivante serait la levée de son immunité parlementaire et pour terminer l’inéligibilité pour 2019.

Que Macky et ses alliés sachent que nous avons perdu la bataille et non la guerre d’ailleurs ils sont conscients que cette victoire a été volée. Proclamer des résultats à des heures de crime : c’est du vol 

2019 se prépare dès à présent, pour espérer se séparer de se dinosaure, la coalition forte, cohérente, et sincère ce qui n’a pas été le cas jusque-là ce qui a en parti causé notre perte face aux législative, nous devrions apprendre de nos erreurs, mettre nos intérêts personnels de côté. Le Sénégal, rien que le Sénégal, devrait être notre seul centre d’intérêt.
Maitre Abdoulaye Wade a mis du temps pour comprendre la gravité de la dislocation dû à la coalition MTS. En tant expérimentée, cette coalition était du solide mais hélas l’ambition, les calculs des uns des autres ont balayé tout espoir.

Par ailleurs l’attitude de Bamba Fall me laisse très perplexe. S’il trouvait Me Wade si indispensable au point de lui tresser sans arrêt des lauriers, aller jusqu’à affirmer que la libération de Khalifa ne peut se faire sans lui, alors pourquoi n’a-t-il pas fait le nécessaire pendant qu’il était encore tant. Je ne demande qu’à comprendre l’incompris.
Que Macky et ses alliés sachent que nous avons perdu la bataille et non la guerre d’ailleurs ils sont conscients que cette victoire a été volée. Proclamer des résultats à des heures de crime : c’est du vol.

Comme on dit : « ce qui ne nous tue pas, nous rend plus fort », nous sommes plus que jamais déterminés. Khalifa sera libéré de gré ou de force. Face à un gouvernement de ripoux le seul antidote c’est l’action.
Cette opposition redoutable ayant permis de manière hasardeuse son accès au pouvoir fera surface, et Rebeuss est trop petit pour tous nous contenir. Rien, ni personne ne nous empêcherait de mener ce combat politique, nous sommes prêts à libérer notre pays et les battre à leur propre jeu. Ce pays où il fait bon vivre me manque tellement.

Pitié un peu de professionnalisme nos chers journalistes je crois que Interpol va plutôt s’intéresser à ces voleurs et ces criminels de la République, ces violeurs de la constitution, du droit et de la liberté humains. Je ne cautionne certes pas les injures envers notre chef d’Etat, cependant nous sommes dans un pays «  semblerait- il  » en voie de développement très pousser rien ne nous empêche d’exprimer nos sentiments vis à vis de ce dernier.

Lafleur Dehi Diop Awa Pélagie

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV