Etats-Unis : un policier blanc tue un homme noir de plusieurs balles dans le dos

Afrique Connection | 08 / 04 / 2015 à 07:30

Un policier blanc abat un homme noir aux Etats-Unis

Capture d'écran d'une vidéo amateur sur laquelle on voit un officier de police tirer à huit reprises dans le dos d'un homme noir de 50 ans prenant la fuite, à North Charleston en Caroline du Sud. Les enquêteurs de l'Etat ont décidé d'inculper Michael Slager du meurtre de Walter Scott après avoir visionné cette vidéo. /Image prise le 4 avril 2015/REUTERS/HANDOUT via Reuters

Au départ, il s'agit d'un banal contrôle. Walter Scott, un homme noir de 50 ans, circulait samedi 4 avril dans un véhicule avec un feu cassé. Arrêté par la police dans la ville de North Charleston, en Caroline du Sud, il sort de la voiture pour s'échapper dans un petit jardin public voisin. Rattrapé par un policier, l'incident tourne au drame. M. Scott tente à nouveau de s'échapper et commence à courir. Le policier dégaine alors son arme et tire à huit reprises. L'homme s'effondre.

Selon l'un des avocats de la famille de la victime, cité par le New York Times, M. Scott a été touché cinq fois : trois fois dans le dos, une fois dans le haut du postérieur et une fois à l'oreille. Au moins l'une des balles a atteint le cœur, précise l'avocat, qui affirme tirer ses informations du médecin légiste.

Dans un premier temps, le policier, Michael Slager, 33 ans, avait invoqué la légitime défense pour justifier son geste, prétextant que l'homme avait tenté de se saisir de son pistolet paralysant et que sa vie était menacée. Seulement, derrière la grille du jardin, un homme a tout filmé. Et les images contredisent la version du policier, qui ne semble à aucun moment menacé. Celui-ci a été mis en examen pour assassinat, mardi 7 avril, après la révélation de la vidéo.

 

 

Une manifestation est prévue mercredi, organisée par des associations de défense des droits civiques.

Cette affaire survient dans un contexte particulièrement tendu. Ces derniers mois, les cas de bavures policières se sont multipliés à Ferguson (Missouri), à New York ou à Cleveland (Ohio), avec toujours le même scénario : un policier blanc qui tue un suspect noir.

Trois affaires qui avaient provoqué des émeutes et des manifestations pendant plusieurs semaines. Face à l'émoi suscité, la Maison Blanche avait préconisé une série de mesures pour tenter de changer les pratiques policières et améliorer les relations entre les forces de l'ordre et les minorités.

Maquiller le meurtre en légitime défense ?

Facteur aggravant, dans la vidéo révélée par le New York Times, on voit le policier, après avoir passé les menottes à l'homme qui gît par terre, ramasser quelque chose, qu'il laisse ensuite tomber près du corps. Il pourrait s'agir d'une façon de maquiller le meurtre en légitime défense. 

Les images ont été en tout cas suffisantes pour que le maire de North Charleston, Keith Summey, annonce l'inculpation du policier. « Quand vous êtes en tort, vous êtes en tort, a expliqué le maire lors d'une conférence de presse, mardi. Quand vous prenez une mauvaise décision, on ne regarde pas si vous portez un insigne de police ou si vous êtes un simple citoyen, vous devez assumer cette décision. »

Alors que le rapport de police rédigé dans la foulée du drame expliquait que les policiers avaient tenté de ranimer la victime, la vidéo montre au contraire que les agents n'ont rien fait pour tenter de le sauver, le laissant face contre terre, les mains menottées et le dos ensanglanté.

Antécédents

Selon le New York Times, la victime avait été arrêtée une dizaine de fois pour des faits mineurs. Son frère, cité par le journal local, le Post and Courier, affirme qu'il se serait enfui parce qu'il pensait qu'on l'arrêtait afin qu'il paye la pension alimentaire de ses enfants.

Selon le même journal, le policier avait quant à lui déjà fait l'objet de deux plaintes, dont l'une par un homme affirmant qu'il avait utilisé un Taser à son encontre sans raison, en septembre 2013. Une enquête interne l'avait disculpé, bien que le suspect n'ait jamais été arrêté dans cette affaire.

 

LeMonde.fr

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV