Sur la route de la présidentielle sénégalaise

Le pré-fabriqué Ousmane sonko se meurt dans les méandres de l'Atlas (Nafi AMAR, Coordination Sénégal falaat Macky)

Afrique Connection | 09 / 01 / 2019 à 05:09

L'arrogance et la condescendance de Sonko, alimentées par une fausse image de monsieur propre, finissent par se dégonfler comme un ballon de baudruche manipulé par des mains inexpertes.

 

Le mensonge prend l'ascenceur mais la vérité, même si elle emprunte les escaliers finit par triompher.

Sonko souffrant d'appétit gargantuesque de pouvoir, qu'il a cherché à dissimuler sous un pseudo manteau patriotique, a eu l"outrecuidance posture, de surfer sur une vague de contre-vérités épileptiques, concernant le patrimoine gazier et pétrolier du Sénégal. Alors que celui-ci est encadré par un code aux clauses contractuelles précises, et que par ailleurs, l'ensemble des majors qui détiennent des licences sont consultables sur le site de l'ITIE (initiative de transparence pour l'industrie extractive).


Les investissements en amont de la phase explorative, nécessitant la mobilisation de ressources financières élevées, il s'avère bien plus sensé, comme il est de rigueur, de sécuriser la partie partage de production, afin d'en faire bénéficier notre économie.
Donc, rien ne sert de manipuler le levier de préemption à tout va, dont dispose L'État, comme le stipulait Sonko, ce qui inhiberait nos chances de bénéficier de nos réserves et s'avérerait contre productif.
Nul n'est censé ignoré l'applicabilité de l'impôt sur les revenus perçus, les plus values, les dividendes....
Donc, conformément au code des impôts; les remittances des taxes ont été effectivement versées à l'état du Sénégal. Ce, conformément aux modalités ci après; Le crédit d'impôt est assis sur le montant des investissements productifs, y compris les frais de transport, d'installation et de mise en service amortissables, mais hors frais et taxes de toute nature. 
Ousmane sonko, le compère de Taïbou Ndiaye dans la course au foncier, n'est pas le monsieur propre qu'il prétend être, en atteste la nervosité qui s' empare de ce dernier, à l'évocation de son délit d'initié; portant sur la création de son groupe Atlas en mars 2017, spécialisé en conseil fiscal, ce, en total porte-à-faux avec son statut de fonctionnaire d'alors.

Assoiffé de gains, Ousmane  Sonko a créé Mercalex, pour garder sous son giron l'affaire de l’indemnisation pour expropriation pour cause d’utilité publique, d'une partie du titre foncier numéro 1451/R, consacré par le décret numéro 97-1119 du 12 novembre 1997. Ainsi, Ousmane sonko comptant empocher  11.379. 979.080 FCfa avec son prête-nom Ismaila Bâ  qui officie comme gérant d'Atlas et Mercalex, s'est empêtré dans ses propres manigances et s'est dévoilé à la face des sénégalais.

Alors, ceux et celles qui par méconnaissance ont parrainé cet apprenti colporteur de faits mensongers, qui prend les sénégalais pour des faibles d'esprit et qui confond profession de foi et programme, à travers son livre amateur "Solutions" carent d'une offre programmatique, mises à part 2 pages consacrées à un tryptique ubuesque; "de mettre fin à l'entreprenariat  politique, établir un nouveau contrat social, et expérimenter  de nouvelles voies de développement économiques", ne mérite pas notre confiance.

Sénégalais et Sénégalaises, montrons à cet imposteur, Ousmane  Sonko, que nous ne lui confierons jamais la destinée de notre grande nation, qui ne lui servira jamais de laboratoire d' essais et qu'il risque de mener dans les méandres incertaines d'un repli autarcique et regressif.
"Meurt de ta belle mort politique" l'enfant tortueux Ousmane  Sonko.
Nafi AMAR 
Coordination
Sénégal falaat Macky

Top 10 + Populaires