Télescopage, apartés, intrigues et nerfs tendus dans les coulisses...

off diaspora

Afrique Connection | 10 / 12 / 2017 à 12:38

 

Ce samedi 9 décembre, il s'est passé des trucs en marge du meeting organisé à la Bourse du travail de Saint-Denis par le Mouvement pour l’Émergence des Terroirs (M.E.T). La rencontre fut indéniablement une réussite en terme de mobilisation.

Ce meeting dont le double-objectif était de lancer un appel à la valorisation des régions périphériques du Sénégal et de « soutenir les actions du Président Macky Sall », a vu notamment la participation d'autorités sénégalaises en France et de responsables de la Délégation française du parti au pouvoir, l'Alliance pour la République (APR).

Hasard du calendrier, ce meeting, dont la date avait été retenue depuis bien longtemps, s'est tenu en plein processus de remplacement du poste déclaré « vacant » du coordonnateur, Demba Sow, devenu député.

Plusieurs candidats sont en lice. Samedi, quasiment tous étaient au meeting du M.E.T.

C'est connu, depuis plusieurs semaines ce renouvellement du poste de coordonnateur donne lieu à une guerre des tranchées entre différents candidats et clans. Ce sont surtout les critères du renouvellement qui font débat.

Samedi, dans les coulisses du meeting du MET, il s'est passé des faits qui attestent de ces tensions, de ces intrigues de palais.

Alors que dans l'amphi le programme suivait normalement son cours, dehors des protagonistes du processus s'affairaient, eux, sur leurs préoccupations du moment. C'est ainsi qu'Afrique Connection a pu constater plusieurs apartés entre acteurs. 

Dans un couloir isolé, Moise SARR, l'air catégorique, échange intensément avec un interlocuteur non identifié. Plus loin, Ameth SARR, le visage grave, Ousmane Bob, Souleymane Diallo, etc. tiennent une réunion « secrète » sur le processus en cours. Un peu plus tôt, le même Ousmane Bob s'était vu reproché autour d'une table de vermicelles au poulet le fait d'avoir soutenu qu'il s'effacerait si Ameth Sarr décidait de se porter candidat. 

A (re)lire également:  La sortie du député Demba Sow sur Afrique Connection fait jaser en France

Partout dans le hall, d'autres petits groupes taillent bavette sur le même sujet. Ici, on évoque "l'impossibilité du consensus" érigé en priorité; quand on n'accuse pas Amadou Talla Daff et Badou Sow, les deux adjoints au coordonnateur, d'avoir dès le départ mis à mal ce "consensus", chacun "refusant" de laisser son camarade conduire tout seul l'intérim. 

Là-bas, on s'interroge sur comment tout ça va se terminer. Tandis qu'une autre voix est d'avis que certaines candidatures ne sont qu' illusoires et purement stratégiques: leurs auteurs ne chercheraient en réalité qu'à négocier des postes dans la futur direction, auprès des favoris.

Sur place, il est même tombé dans nos oreilles que certains "candidats d'illusion" sont financés par d'autres candidats plus sérieux, "entre 200 et 300 euros". A quel but? Mystère!

Une chose est sûre, dans chaque camp on peaufine sa position, pousse ses pions, en attendant de voir ce que demain sera fait. 

Afrique Connection

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV