Il pousse Demba Sow à la sortie et adoube Moise sarr

Ibrahima Mbodj: « Le meilleur profil pour donner un nouveau souffle à la DSE-APR France, c'est Moise SARR, et il est demandeur »

Afrique Connection | 11 / 10 / 2017 à 08:42

Dans la représentation en France du parti du Président sénégalais, Macky Sall, (Alliance pour la République, APR), c'est le débat de l'heure. Depuis l'élection à l'Assemblée nationale, le 30 juillet dernier, du très contesté coordonnateur de la DSE de ce parti (Délégation des Sénégalais de l'Extérieur), Demba Sow, les responsables se bousculent au portillon médiatique et dans les coulisses du parti pour déclarer leur candidature. Mais pour Ibrahima Mbodj, adjoint au Secrétaire politique chargé des structures de la DSE-APR France, et par ailleurs vice-consul du Sénégal à Lyon, le meilleur profil pour prendre la place de Demba Sow est le chargé de communication Moise SARR. Il l'a dit sans porter de masque, dans cet entretien accordé à Afrique Connection.

 

Quel est votre sentiment sur le débat en cours à l'APR sur la succession du coordonnateur Demba Sow élu récemment député de la diaspora ?

Dans tous les partis politiques, il existe des interactions, un certain dynamisme. Ce dynamisme prouve que notre parti, l'Alliance pour la République (APR) est un parti vivant. Maintenant que notre coordonnateur est élu député, il va de soi qu'on puisse donner un nouveau souffle à notre parti en France. Moi, j'opte plus pour la fougue de la jeunesse. Ce parti a été miné par des tiraillements, des contestations. Je pense que la personne idéale pour remettre de l'ordre dans la DSE est Moise SARR. Il connaît les militants. C'est un fédérateur. C'est un homme de consensus. Toutes ces qualités réunis feront de lui un responsable à l'écoute des militants.

« Je ne crois pas que le vote soit nécessaire. En réalité, nous avons toujours fonctionné par consensus »

En même temps, Macky Sall a déjà décrété qu'il n y aurait point de renouvellements dans aucune structure du parti au Sénégal et dans la diaspora avant l'échéance présidentielle de 2019. Comment pensez-vous concilier sa position et votre soif de changement ?

En réalité, entre temps il y a eu des circonstances (l'élection de Demba Sow à l'Assemblée) qui nécessitent un changement. En effet, Demba Sow aura du mal à concilier sa mission d'élu du peuple et celui de coordonnateur de la DSE. Cela ne s'inscrit pas en porte à faux avec la volonté du Président Macky Sall. Maintenant, ce que nous voulons est que le coordonnateur qui sera choisi puisse s'inscrire dans la continuité; mais une continuité dans le changement de paradigme et de stratégie. Il doit endosser comme slogan la proximité avec les militants, pour atteindre les objectifs. C'est dans ce sens-là que nous allons orienter la personne qui sera désignée, et à mon sens cette personne-là ne peut être que Moise SARR, qui est l'homme idéale pour pouvoir capitaliser toutes les énergies en vue d'une victoire aux échéances à venir en 2019 et au-delà.

A (re)voir également: (vidéo) Ousmane Bob décrète le départ de Demba Sow de la tête de l'APR-France et se positionne

Quel mode opératoire préconisez-vous dans ce cas : le vote ?

Je ne crois pas que le vote soit nécessaire. En réalité, nous avons toujours fonctionné par consensus. Même si nous avons des divergences entre nous, nous sommes toujours parvenus à nous entendre, à nous unir autour de l'essentiel. Les deux exemples les plus récents sont le référendum de 2016 et les Législatives de juillet dernier. À chaque fois, nous avons réussi à dépasser nos divergences pour travailler ensemble et gagner ensemble. Aujourd'hui, c'est pareil. Il y a des ambitions, il y a des candidats. C'est à nous de trouver le bon profil capable de nous conduire vers les victoires futures.

Justement des candidats il y en a déjà. Mais faut-il privilégier le consensus sur la logique qui voudrait que ce soit le vice-coordonnateur qui assure au moins l'intérim jusqu'au renouvellements ?

« Oui, Moise SARR est demandeur. Et vu le travail qu'il a effectué sur les plans politique, institutionnel et social, je pense tout simplement que sa légitimité ne souffre d'aucun doute, d'aucune contestation. »

Moi, je n'ai pas encore vu une candidature officielle. Je ne vois que les intentions de certains militants exprimées à travers la presse. Ils ont des profils louables. Maintenant, dans l'intérêt du parti en France, l'objectif c'est de prendre le meilleur profil, celui qui serait à même de porter les ambitions des uns et des autres. La culture dans notre parti, c'est d'échanger pour trouver le consensus. C'est le maître-mot. Maintenant, qu'il ait des ambitions qui se dégagent est tout à fait normal. Mais, comme nous voulons tous le bien du parti, nous devons tous nous unir autour du meilleur profil pour qu'on puisse atteindre les objectifs que nous-nous sommes assignés, et accompagner le Président de la république pour parachever le travail qu'il est en train de faire.

Il n y a plusieurs voix qui se sont levées avant vous pour plaider pour Moise SARR, qu'on n'entend jamais publiquement sur la question. Mais est-il vraiment demandeur ?

Oui, je vous l’affirme. Il est demandeur. Et vu le travail qu'il a effectué sur les plans politique, institutionnel et social, je pense tout simplement que sa légitimité ne souffre d'aucun doute, d'aucune contestation. Aujourd'hui, il a le droit de poser sa candidature. Il connaît l'APR. Il sait où il va. C'est la raison pour laquelle qu'aujourd'hui j'invite les militants à soutenir sa candidature.

Propos recueillis par Thierno DIALLO, envoyé spécial d'Afrique Connection à Lyon

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV