Femmes APR France : la « réconciliation » de Trappes passe déjà à la trappe, ce n'était donc qu'une pièce de théâtre et des larmes de crocodile

Afrique Connection | 11 / 10 / 2018 à 10:16

Elles étaient toutes belles dans leur accoutrement traditionnel. Mais les images qu'elles ont offertes au public cette nuit-là, elles, étaient trop belles pour être vraies. Miraculeusement décrochée le 29 septembre en marge d'une rencontre de parrainages, tout laisse à croire que la « réconciliation » de Trappes est déjà passée à la...trappe.

 

Chez les amazones de Macky SALL en France, quand c'est fini, ça recommence. C'est pour dire que la hache de guerre n'est finalement pas définitivement enterrée. Car, seulement douze jours après cette fameuse rencontre de parrainage de Trappes où les deux tendances rivales du mouvement des femmes APR France avaient publiquement scellé une réconciliation inespérée, on semble retourner inéluctablement à la case départ.

Si la trêve des attaques verbales est encore observée (jusqu'à quand ?), l'agenda des unes et des autres n'augure rien de rassurant pour les promoteurs de l'unité en vue de la présidnetielle de février prochain, Macky Sall en tête. Chaque groupe de femmes continuant de faire salle de réunion à part.

Hier (mercredi), en fin d'après-midi, était censé être le jour de la « confirmation de la réconciliation de Trappes », des retrouvailles autour d'une même table. Mais à cette rencontre tenue à Boulogne, en vue de mobiliser pour le concert de Pape Diouf de ce samedi, et dont la présidente des femmes Madame Mbacké est marraine, le groupe des femmes dissidentes a brillé par son absence : il n'y avait que Madame Mbacké et les femmes du mouvement qui lui sont restées fidèles.

Et pourtant, selon nos informations, Thiapatel Sall et ses amies étaient « convoquées comme toutes les autres femmes » à cette réunion. Et elles y étaient attendues, en vain. Visiblement, comme le confie une source, cette « réconciliation » de Trappes a divisé le groupe dissident dit « comité de pilotage » dirigé par Thiapatel SALL. Il nous revient en effet que certaines femmes ont opposé leur veto. Ce qui fait traîner, pour l'heure, toute démarche tendant à rapprocher définitivement les deux sensibilités.

Selon nos informations, la chef des rebelles, Thiaptel SALL, et leur « marraine » Rokhaya SALL (la sœur de Macky SALL) restent sur leur engagement pris à Trappes le 29 septembre. D'ailleurs, dans la foulée de Trappes, la dernière nommée a rappelé Madame Mbacké pour lui renouveler sa disposition à faire la paix et œuvrer pour l'unité du mouvement, a appris Afrique Connection.

Toujours selon nos sources, « Diary Ba, Haby Diop, Mariem FALL font partie des femmes qui ne veulent pas de cette réconciliation et font tout pour la faire capoter ». Ces rebelles auraient taxé Thiapatel SALL et Rokhaya SALL d' « hypocrites », pour avoir déclaré la paix avec Madame Mbacké.

Preuve que les deux bouts ne se sont pas encore rapprochés, Thiapatel SALL et son groupe organisent une rencontre de mobilisation samedi à Asnères. Pour l'heure, rien ne laisse entrevoir que leurs rivales  seront présentes à cette rencontre. Bref, chez les femmes APR France, la réconciliation est encore loin. À moins que, vu la configuration actuelle, elle ne se fasse en fin de compte avec une partie du groupe des rebelles.

Thierno DIALLO, Afrique Connection

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV