un grand ménage annoncé

"Maan deh bayi ma si ambassade bi rek": Mais qui a peur pour son poste ?

Afrique Connection | 12 / 04 / 2019 à 04:43

Au Sénégal comme dans la diaspora (celle de France plus particulièrement), beaucoup de responsables de l'APR et alliés nourrissaient le doux rêve d'être nommé ministre. Mais, depuis la nomination du nouveau gouvernement, dimanche, qui a vu plusieurs ténors de l'équipe sortante rester à quai, et des pontes du parti au pouvoir et ses alliés zappés, le discours et l'état d'esprit ont changé chez certains candidats à un poste ministériel ou à une direction.

 

Maintenant, au lieu de rêver ou d'espérer une promotion, il semblerait qu'on a plutôt peur de perdre le poste qu'on occupe déjà.

Il nous revient que certains ont même la peur au ventre depuis qu'ils se sont apperçus que Macky Sall n'a eu aucun mal à se débarasser d'intouchables ministres qui se voyaient même déjà dans la nouvelle équipe.

A l'ambassade et dans les consulats en France, des rumeurs pesistantes annoncent un "grand ménage" dans les prochaines semaines. Beaucoup qui sont actuellement en poste (pas seulement les consuls et vices-consuls) sont susceptibles d'être remplacés par d'autres responsables APR qui attendent leur tour au portillon (ou à Dakar depuis qu'ils sont partis assister à l'investiture du Président). Même s'il ne faut pas exclure que Macky Sall prenne en compte son score étriqué dans la diaspora, en faisant remplacer les sortants par des responsables marrons-beiges venus d'ailleurs, des alliés locaux longtemps ignorés à l'heure des récompenses, ou encore des diplomates/administrateurs de carrière. 

A lire sur le même sujet: Communiqué du conseil des ministres: la star qui sera traquée chaque mercredi

Certains indiscrétions s'avancent même jusqu'à souffler que le chassé-croisé sera annoncé au "3e conseil des ministres" de Macky 2.

Cependant, il y en a qui n'ont pas besoin d'attendre un queconque conseil des ministres pour être débarqué: il s'agit de ces nombreux "recrutés locaux". Entre 2012 et 2013, certains d'entre eux avaient même forcé la main du "patron"pour être casés.

D'autres procéderont par un chantage éhonté, en appuyant là où ça faisait le plus mal à Macky Sall dans la première année au pouvoir: tenter le "diable" ABC (en s'alliant donc avec l'ex numéro 2 de l'APR, Alioune Badara Cissé- accusé d'instaurer une dualité au sommet du parti- afin de faire pression sur le Président).

"Maan deh bayi ma si ambassade bi rek"

On se souvient aussi de cette première visite du Président Macky Sall à Bruxelles où tous les apéristes d'Europe (de France surtout) avaient convergé pour réclamer l'accuillir, l'ovationner, mais surtout pour réclamer leur décret de nomination.

Certains s'étaient donnés en spectacle lors d'une réunion avec le Président Sall dans son hôtel. Un haut responsable de l'APR en France était particulièrement très remonté contre Macky Sall au point de gesticuler violemment derrière lui jusuq'à ce qu'il engouffre dans l'ascensseur "escorté" par Souleymane Jules Diop. Ce responsable en question, qui sera casé bien plus tard, est toujours en poste quelque part en France.

Autre anecdote lors de cette fameuse réunion: une dame s'est distinguée par ses pleurs, balançant au Président "vous ne voulez pas me nommer parce que des gens ternissent mon nom en vous disant que je suis de moeurs légères".

A lire égalament: Macky 2: Qui sera le Abou Lo de 2012?

Aujourd'hui, l'heure de la "revanche" a sonné pour Macky Sall. Il a annoncé les couleurs. "Ce n'est plus le même Macky", entend t-on ça et là. Aujourd'hui donc, toute cette clique des premiers servis, en France surtout, a peur. 

Un détail sympotomatique de cette peur au ventre: dans la cage commentaires d'un article en ligne titré "Macky Sall: "les postes ministériels n'appartiennent à personne", un "commentateur" a laissé apparaître sa trouille:

 

 

Alors, qui a peur pour son poste à l'ambassade du Sénégal à Paris?

Thierno DIALLO, Afrique Connection

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV