levée de corps ce vendredi à l'Institut médico légal

Le corps du cancérologue Adama Ly, découvert dans sa chambre à Paris le 30 juillet, est épargné de fausse commune et sera rapatrié au Sénégal

Afrique Connection | 12 / 09 / 2018 à 07:49

Après une longue période d'enquête d'identification, la police a enfin certifié que le corps retrouvé dans la chambre du Dr Adama Ly, le 30 juillet 2018, quatre mois après sa disparition, est bien le sien. Après la levée de corps prévue ce vendredi à l'Institut médico légal de Paris, il sera rapatrié au Sénégal le lendemain. Il est ainsi épargné de "fausse commune", grâce notamment aux démarches entreprises par un de ses amis et encadrées par le consulat du Sénégal à Paris.

 

Le 17 août dernier, Afrique Connection vous révélait en exclusivité la mystérieuse mort du cancérologue sénégalais, Dr Adama Ly. Quatre mois après avoir fait ses derniers signes de vie, son corps a été découvert par la police dans sa chambre à Saint-Ouen, près de Paris, le 30 juillet dernier.

Depuis, le corps se trouve à l'Institut médico légal de Paris. Malgré les démarches insistantes de ses proches amis, dont le pharmacien Ndiaw THIAW avec qui il travaillait depuis plusieurs années sur la construction d'un centre de cardiologie à Touba (Sénégal), il n'y avait pas encore d'autorisation d'inhumation.

C'est que l'enquête d'identification n'était pas encore terminée. En effet, si le corps était bien retrouvé dans la chambre du cardiologue, rien, dans l'apparence, ne prouvait certifier que c'est bien celui d'Adama Ly. D'autant que, selon une source proche du dossier, c'est un méconnaissable « squelette » qui a été retrouvé par la police. Qui sait, il était bien possible que ce soit le corps d'un autre. La police est finalement parvenue à certifier que c'est bien le Dr Adama Ly qui a été retrouvé mort dans sa chambre le 30 juillet 2018. 

S'il n'était pas réclamé et récupéré jusqu'au 22 septembre, il allait alors être enterré à Paris dans le carré des indigents, autrefois appelé « fosse commune »

Après cette longue période d'identification, les autorités françaises en charge du dossier ont fixé un dead-line pour le rapatriement du corps. S'il n'était pas réclamé et récupéré jusqu'au 22 septembre, il allait alors être enterré à Paris dans le carré des indigents, autrefois appelé « fosse commune ». Dans ce cas, sa tombe serait dépourvue de nom et de pierre tombale. C'est cette procédure qui est en vigueur pour tout défunt dont la famille ne se manifeste pas pour plusieurs raisons possibles (le défunt n'a pas de famille, sa famille refuse d'organiser et de financer les obsèques…).

Mais, fort heureusement, on n'arrivera pas à ce point. Le Dr Ly sera dignement enterré, au Sénégal. Son corps a été réclamé par ses proches. Sur demande officielle d'un oncle du défunt au Sénégal (Adama Ly est fils unique et ses parents sont décédés, le ministre sénégalais des Affaires étrangères du Sénégal a autorisé son rapatriement. Son ex-compagne, une Française, avec qui il a enfant, ne s'y est pas opposée. Elle veut juste s'assurer que les" intérêts" de son enfant seront assurés, nous confie une source. Le consulat du Sénégal est actuellement au front pour faciliter et coordonner les démarches.

La levée de corps a lieu ce vendredi 14 septembre à l'Institut médico légal de Paris (2, place Mazas, Paris 12e arrondissement, métro Quai de la Rapée), à 15 heures. Il sera rapatrié le lendemain au Sénégal.

Maintenant, des questions demeurent sur ce décès mystérieux du cancérologue sénégalais. Saura t-on la vérité, toute la vérité, sur sa mort, un jour? Est-ce une mort naturelle ?A-t-il été assassiné ? S'est-il suicidé ? Les causes et les circonstances restent pour l'heure troublantes. C'est à l'enquête judiciaire en cours d'apporter des réponses à ces questions.

Thierno DIALLO, Afrique Connection

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV