Vers la fin de l'empire-monopole sur les Affaires africaines ?

Vincent Bolloré devant la justice française pour avoir facilité l'arrivée au pouvoir d'Alpha Condé et de Faure Gnassignbé contre des concessions portuaires

Afrique Connection | 13 / 04 / 2018 à 10:02

AlphaBollore.jpg

Alpha Condé et Vincent Bolloré à Conakry. Bientôt la fin de la lune de miel?

« Une bombe judiciaire ». C'est ainsi que qualifie le magazine français, Challenges, les informations à sa disposition concernant une convocation de Vincent Bolloré devant la justice française. Ce sont ses affaires africaines qui lui valent ce souci judiciaire. Plus précisément, les conditions dans lesquelles Bolloré a obtenu l'exploitation des ports de Conakry et de Lomé...juste après l'arrivée au pouvoir en 2010 d'Alpha Condé (Guinée) et de Faure Gnassigbé (Togo)...qu'il avait conseillé pendant leur campagne présidentielle.

 

« Les magistrats soupçonnent les dirigeants du groupe (Bolloré) d’avoir utilisé leur filiale de communication Havas pour faciliter l’arrivée au pouvoir de dirigeants africains. Et obtenir en échange les concessions portuaires. », révèle notre confrère Challenges.

« En effet, la justice soupçonne le groupe Bolloré d'avoir financé la campagne électorale de dirigeants africains, qui par la suite, lui ont accordé des concessions portuaires », précise la source.

 

Ce qui intrigue les juges français

Selon les informations du magazine français, plusieurs dirigeants du groupe Bolloré, dont Vincent Bolloré lui-même, vont être prochainement auditionnés à la demande des juges parisiens Serge Tournaire et Aude Buresi, habitués des grandes enquêtes politico-financières.

Ce qui intrigue les juges français, c'est cette troublante particularité et coïncidence : Les deux pays dans le collimateur, la Guinée et le Togo, sont tous conseillés par Havas, la filiale de communication de Bolloré.

En Guinée, après avoir déclaré vainqueur d'une présidentielle chaotique et contestée par l'opposant Cellou Dalein Diallo, Alpha Condé a éjecté manu militari le concessionnaire du port de Conakry, Nécotrans….pour confier le marché à Bolloré.

 

Ces deux « hold-up » avaient à l'époque défrayé la chronique sur le continent

 

 

Au Togo, le même procédé sera utilisé la même année, toujours au profit de Bolloré : Faure Gnassimbé attribuera la gestion d'un terminal à conteneur de Lomé à l'industriel français.

Ces deux « hold-up » avaient à l'époque défrayé la chronique sur le continent, tant les manœuvres de Condé et Gnassingbé avaient paru flagrantes.

Bref, les enquêteurs ont aujourd'hui la conviction que des « dépenses électorales des présidents guinéens et togolais ont été prises en charge par le groupe Bolloré ».

Quel risque judiciaire pour le groupe du milliardaire breton ? Notre confrère de renseigner que celui-ci est à prendre au à prendre au sérieux, « avec des qualifications pénales potentiellement lourdes : abus de bien social et trafic d'influence.

La complicité de dirigeants dont la préoccupation primordiale est de chercher à assouvir leur soif de pouvoir...

 

Mais le groupe Bolloré, qui nie avoir reçue de convocation d'un quelconque juge français, est déjà sur la défensive : " En Guinée et au Togo, le groupe Bolloré a été choisi uniquement pour ses compétences et sa capacité à réaliser les investissements portuaires, que ses concurrents n'avaient pas réalisé par le passé ", rétorque un porte-parole du groupe, cité par Challenges.

Résultat de recherche d'images pour "Alpha Condé et vincent bolloré"

Si cette machine judiciaire qui se profile à l'horizon s'emballe, il va sans dire que l'on s'achemine vraisemblablement vers la fin de l'empire-monopole de Bolloré en Afrique. Un empire-monopole tant décrié qui se sucre sur les finances publiques des états africains, avec il est vrai la complicité de dirigeants dont la préoccupation primordiale est de chercher à assouvir leur soif de pouvoir et de la pérenniser. À tous prix.

Thierno DIALLO, Afrique Connection

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV