Tollé au Bénin où il faut désormais payer une TAXE pour utiliser WhatsApp, Facebook, Twitter

Afrique Connection | 13 / 09 / 2018 à 10:46

L’utilisation de WhatsApp, Facebook, Twitter ou encore Viber est soumise à une taxe au Bénin depuis le 30 août.

 

Le gouvernement béninois est dans le viseur des internautes. L'introduction d'une taxe sur les réseaux sociaux est au cœur de cette mésentente. Le Bénin réjoint l'Ouganda et la Zambie dans une réforme qui créée plus de mécontents qu'il n'en faut.

L’utilisation de WhatsApp, Facebook, Twitter ou encore Viber est soumise à une taxe au Bénin depuis le 30 août.

Cette pilule passée inaperçue vient du décret N° 2018-341 portant introduction d’une contribution sur la consommation des services de communication électronique fournis par les réseaux ouverts au public. Mais le pot au rose a été découvert lorsque le ministre des Finances, Romuald Wadagni, y a fait référence au forum des investisseurs, le 30 Août.

"Vous téléchargez de la musique, un film, vous faites des transferts d'images Whatsapp qui critiquent le gouvernement, libre à vous de le faire. Mais vous payez le prix qui est légèrement plus fort ", a déclaré M. Wadagni lors du forum.

Une heure après cette déclaration, la toile s'est emballée. Les internautes se sont mis, à travers une campagne dénommée #Touchepasmesmo, à dénoncer cette tendance du gouvernement Talon à faire taire quand cela ne lui est pas favorable.

"Parce qu'on sait que le gouvernement a perdu la côte au niveau des réseaux sociaux, on veut nous empêcher de surfer désormais. Et encore une fois, le président de la république a oublié d'où il vient. Parce que ceux qui ont vraiment fait Patrice Talon, ce sont les réseaux sociaux, les web activistes", réagit Habib Ahandehessi, activiste politique.

La hausse des prix concerne les appels téléphoniques, les SMS, les MMS et 5% sont prélevés à chaque opération. 5 FCFA par méga octets en ce qui concerne l'accès à Internet utilisé par contournement à la plateforme OTT ou une plateforme de réseau social.

"Si on doit dépenser plus, ce sera compliqué surtout pour les jeunes qui ont du talent mais qui n'ont pas beaucoup de moyens. Parce que le numérique prend de plus en plus d’ampleur au Bénin. Nous avons plein de startups qui commencent à innover. Donc, si on doit taxer à nouveau leur forfait, je pense que c'est tuer leurs initiatives dans l'œuf et ce n'est pas bien", plaide Esther Djossa, membre du parlement des jeunes béninois. Selon lui, la nouvelle taxation est trop chère.

Il est stipulé dans le décret que la taxe devra être versée le 10 de chaque mois dans les caisses du Trésor public. En cas de manquement à cette obligation, une majoration de 10% sera appliquée sur les sommes dont le paiement est différé.

Pour Hervé Coovi Guedegbe, secrétaire exécutif de l'autorité de Régulation des communications électroniques et de la poste du Bénin (ARCEP Bénin), il faudrait que tout le monde soit au même niveau en matière d'utilisation de l'Internet.

"Si celui qui utilise internet est un citoyen privilégié, pour qu'on puisse donner de l'Internet à d'autres citoyens qui sont victimes de la fracture numérique, il faut qu'il y ait des ressources sur les services internet. Si l'Internet est utilisé gratuitement, il va rester concentré dans les petites communautés qui y ont accès aujourd'hui.Et on ne pourra pas réduire la fracture numérique.Donc il faudrait que l'internet soit valorisé à son juste prix", estime M. Guedegbe.

Une pétition a été lancée sur change.org et a recueilli déjà plus de 7.300 signatures. Le désabonnement des pages des officiels, ministres et même ceux du président Patrice Talon a été recommandé par l'association des blogueurs et web activistes.

Avec afp 

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV