coronoavirus

Alerte: Le Covid-19 n’attaque pas que les poumons

Afrique Connection | 14 / 04 / 2020 à 08:47

On n'a pas encore fini d'apprendre tous les mystères du Coronavirus qui ravage le monde depuis décembre.

Alors que depuis de la pandémie les poumons sont considérés comme étant la cible du Covid-19, les spécialistes ont pu découvrir que les reins sont tout aussi vulnérables.  

On apprend ainsi que cette mamadie peut entrainer des problèmes rénaux chez des patients qui n’en avaient pas jusqu’ici. Avec des conséquences à long terme.

"Il faut faire savoir que cette maladie n’affecte pas seulement les poumons, mais aussi d’autres organes. On retrouve le virus dans le rein, il existe plusieurs publications scientifiques à ce sujet. Dans de nombreux cas, ces patients, qui n’avaient jamais eu de maladie du rein avant, développent de graves lésions rénales. En fonction de la gravité et de la durée de l’infection pendant leur combat contre le Covid-19, ces patients peuvent développer une insuffisance rénale chronique", prévient Brad Rovin, directeur du département de néphrologie à l'université d'État de l'Ohio, dans une interview avec notre confrère RFI.

"Une étude chinoise montre aussi que de nombreux patients ont des quantités notables de protéine et du sang dans les urines, ce qui suggère là encore, que le virus atteint directement le rein", précise le spécialiste.

Qui conclut:

"Les principales maladies qui entraînent une insuffisance rénale, la nécessité de faire des dialyses ou de procéder à une greffe, sont le diabète, l'hypertension et les maladies cardiovasculaires. Les personnes qui présentent ces problèmes médicaux sont plus vulnérables et ont plus de chance de développer une forme grave du Covid-19. Nous avons donc de nombreux patients qui présentent à la fois une maladie rénale et l’une de ces comorbidités. De plus, les patients qui sont en grande insuffisance rénale n’ont pas le même système immunitaire que les autres. Ce sont aussi des patients pour lesquels la distanciation sociale est impossible : beaucoup sont obligés de se rendre trois fois par semaine à l’hôpital pour faire une dialyse et se retrouvent dans des lits les uns à côté des autres. Tout ceci crée un cocktail explosif pour faire de nos patients des personnes particulièrement à risque face à cette pandémie."

Afrique Connection

Afrique Connection TV