Deux ans après la défaite historique de yaya Jammeh

Nouvelle révolution en Gambie: le Parlement inflige un camouflet historique au Président Adama Barow (et donne une leçon aux grandes démocraties africaines)

Afrique Connection | 14 / 12 / 2018 à 05:11

Deux ans après la chute par la voie des urnes de Yaya Jammeh, la Gambie vient à nouveau se distinguer par une nouvelle leçon de démocratie.

Chose très rare, pour ne pas dire quasi-inexistant en Afrique, le Parlement gambien a rejeté un texte législatif que lui a soumis le gouvernement. Ce texte est un projet de loi de finances rectificative sur le budget 2018.

Présenté au Parlement à seulement deux semaines de la clôture officielle de l'année budgétaire, il  suggérait une augmentation de 24 millions de dollars de dépenses extra budgétaires. Ce qu'a donc refusé de valider les parlementaires gambiens dont la majorité sont pourtant de la coalition au pouvoir. 

C'est là un véritable camouflet pour le Président Adama Barow dont la victoire, le 1er décembre 2016, contre Yaya Jammeh, qui tenait son pays d'une main de fer depuis 22 ans,  constitue l'un des plus grands exploits démocratiques sur le continent. 

Par cette décision courageuse du Parlement, la Gambie vient ainsi confirmer qu'elle est la nouvelle référence démocratique en Afrique. Mais pas que. Le pays de Barow fait en effet figure de l'élève qui est en train de dépasser le maître. Car il donne au passage une leçon à tous ces "grandes démocraties" du continent, à commencer par son voisin et "parrain", le Sénégal. Des pays qui certes ont par exemple connu des alternances mais ne peuvent pas pour autant se targuer d'une séparation réelle des pouvoirs au point que les députés d'une majorité, souvent connus pour leur caractère béni oui-oui avalant tout ce que leur file l'exécutif, puissent voter contre un projet de loi du gouvernement. Vous avez dit un exemple gambien à suivre?

Thierno DIALLO, Afrique Connection 

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV