tribune

Morts de la diaspora: Amadou Barry de la CCR France tacle les pourfendeurs du non rapatriement des corps

Afrique Connection | 15 / 04 / 2020 à 03:04

"Il est certains esprits dont les sombres pensées sont d'un nuage épais que le jour de la raison ne saurait percer" Nicolas Boileau

 
Certes, il est normal qu'un débat s'installe au sein de la diaspora sénégalaise en France, suite à la décision gouvernementale d'interdire le rapatriement des corps de nos compatriotes victimes du Covid 19. Cependant, celui auquel nous assistons actuellement est une parfaite illustration, sur la forme et le fond, de la fainéantise intellectuelle qui sévit dans notre société. 

En effet, sur la forme je suis déçu par la légèreté empruntée, pour la rédaction de leurs contributions, par les pourfendeurs du non rapatriement. Cette absence de rigueur dans l'expression de leurs opinions dénote une certaine improvisation (opportunisme? incompétence?), car comme disait Boileau "ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément". 

Sur le fond, en lieu et place d'arguments scientifiques ou théologiques solides qui plaident en faveur du rapatriement, les pourfendeurs de la mesure gouvernementale ont préféré la "simplissime" démarche qui consiste à attaquer les ministres Amadou Ba, Moise Sarr et Abdoulaye Diouf Sarr.

Sur quelle base scientifique se sont ils appuyés pour soutenir que le risque de contamination par les défunts est à exclure? Aucun, car au vu des tergiversations présentes au sein de la communauté scientifique il est avéré que des zones d'ombre subsistent encore autour du Covid 19.

Cette absence de base scientifique anéantit leurs arguments "émotionnels". En France, malgré les précautions prises, des soignantes et soignants sont décédés du Covid 19 dans l'exercice de leur fonction. Les pourfendeurs de la mesure gouvernementale imaginent-ils un seul instant qu'un corps acheminé au Sénégal soit mis sous terre dans un cercueil scellé sans son identification par sa famille?

Imaginent-ils les situations ingérables qui pourraient découler des refus d'identification des corps par les familles? Apparemment non, préoccupés qu'ils sont par l'installation au sein de la diaspora d'une polémique qui les met au devant de la scène. Rien dans leurs torchons n'invite à un débat de qualité. 

Gouverner c'est aussi prendre des décisions douloureuses pour l’intérêt de la nation. Je ne puis imaginer les critiques auxquelles aurait fait face le Président Macky Sall aujourd'hui, s'il avait autorisé, il y a quelques mois, le rapatriement des étudiants sénégalais de Wuhan. Que dire de la stigmatisation que ces derniers seraient en train de vivre actuellement dans leur propre pays?  Respecter la dignité des défunts et préserver la santé des vivants: c'est le sens que je donne à la décision gouvernementale d'interdire le rapatriement des corps de nos compatriotes décédés des suites du Covid 19 tout en prenant en charge les frais liés à leurs inhumations.

L'urgence aujourd'hui n'est pas dans la polémique stérile. Elle est dans le travail à abattre par les associations en lien avec nos représentations diplomatiques afin qu'un effort considérable soit fait en France par les maires qui ne disposent pas ou peu d'espaces confessionnels de sépultures dans leurs communes.

L'urgence réside aussi dans la réflexion à mener pour la mise en place, en guise de solidarité, d'un fonds alimenté par les sénégalais de l'Hexagone pour renouveler le bail des espaces attribués à nos défunts ompatriotes, les concessions funéraires perpétuelles n'étant plus gratuites dans la quasi totalité des communes en France. Des actes à la place des postures contre productives!

Que les victimes reposent en paix! A toutes les familles éplorées je présente mes condoléances.

Amadou Barry

Alliance pour la République

CCR France

Afrique Connection TV