La France renoue timidement avec les créations d'emplois

Afrique Connection | 16 / 02 / 2014 à 09:04

Au 4e trismestre 2013, dans le secteur marchand, l'économie a vu une petite progression des embauches, essentiellement liée au regain de l’emploi dans l’intérim.

Pour la première fois depuis début 2012, l’économie française a renoué avec les créations d’emplois dans le secteur marchand au 4e trimestre 2013, une progression essentiellement liée à une hausse dans l’intérim, selon l’Insee.

Sur l’ensemble de l’année, la tendance est restée néanmoins négative avec 65 500 emplois détruits (-0,4 %), selon une estimation provisoire fournie vendredi par l’Insee. Ce chiffre marque toutefois une nette décélération par rapport à 2012 où quelque 112 000 emplois avaient été rayés de la carte.

Au 4e trimestre, 14 700 créations d’emplois nettes ont été enregistrées dans le secteur marchand non agricole. Cette légère progression (+0,1 % par rapport au trimestre précédent) «est plutôt une bonne nouvelle» car «c’est la première fois depuis le début de l’année 2012 que l’on assiste à des créations d’emplois dans ce secteur», relève Frédéric Tallet, chef de la cellule conjoncture de l’emploi à l’Insee. Elle fait suite à une décélération des destructions d’emplois depuis deux trimestres: près de 38 000 postes rayés de la carte au 2e trimestre, environ 16 000 au 3e.

REGAIN DANS L’INTÉRIM

Cette amélioration au 4e trimestre est due essentiellement au regain de l’emploi dans l’intérim, qui a enregistré une forte progression (+23 900 postes) sur les trois derniers mois de 2013.

L’intérim, qui est généralement considéré comme un précurseur des évolutions à venir du marché du travail, a gagné au total 35 400 postes en 2013, revenant à son niveau de la mi-2012. «Le résultat du côté de l’intérim est plutôt une bonne surprise», relève Frédéric Tallet. Dans ce secteur, «les créations d’emplois entamées au début 2013 se sont accentuées au 4trimestre».

Le secteur tertiaire dans son ensemble enregistre une hausse de 0,3 % par rapport au 3trimestre.

En revanche, les destructions d’emplois se sont poursuivies au 4trimestre dans la construction (-0,4 %) et dans l’industrie (-0,5 %) où elles ont continué au même rythme que pendant toute l’année 2013, soit environ 15 000 postes par trimestre.«La tendance est à la baisse dans l’emploi industriel depuis le début 2000», rappelle l’Insee.

Au final, hors intérim, l’emploi dans le secteur marchand a continué à diminuer au 4trimestre (-0,1 %, soit -9 200 postes).

0,3% DE CROISSANCE, MIEUX QU’ATTENDU

Cette éclaircie au 4e trimestre sur le front de l’emploi coïncide avec la publication vendredi par l’Insee de chiffres un peu meilleurs que prévus sur la croissance en France. Celle-ci a atteint 0,3 % en 2013, au lieu de 0,2 % attendu par l’Institut de la statistique.

L’investissement, moteur attendu de la reprise, est notamment reparti à la hausse au quatrième trimestre (+0,6 %) après sept trimestres de recul. «Il y a visiblement un changement de perspective de la part des chefs d’entreprise», note Philippe Waechter, directeur de la recherche économique chez Natixis. «Ils perçoivent la situation économique comme un peu meilleure, mais pas encore suffisamment, ce qui est corroboré par le fait que les créations d’emplois se concentrent essentiellement dans l’intérim».

Le gouvernement, qui n’a pas réussi à inverser la courbe du chômage comme il le voulait à la fin de l’année 2013, est resté prudent vendredi, soulignant qu’il «fallait aller plus loin» en matière de croissance «pour faire reculer le chômage».

Selon les économistes, une croissance annuelle d’environ 1,5 % est nécessaire pour inverser la tendance. En décembre, 10 200 nouveaux demandeurs d’emploi sans activité ont été recensés en métropole, portant leur nombre au niveau record de 3,3 millions.

Liberation.fr 

Afrique Connection TV