BRAHIM CAMARA: «SI JE SUIS ÉLU DÉPUTÉ DE LA DIASPORA...»

Afrique Connection | 17 / 03 / 2017 à 01:40

birahim-camara-2.jpg

Birahim Camara

Depuis plusieurs années, l'ancien Secrétaire général du Parti socialiste sénégalais en France ne cache pas son ambition de servir son pays. Et ce que ce soit depuis un hypothétique strapontin consulaire en France ou un poste dans l'administration au Sénégal.

 

Ainsi, après avoir espéré depuis quatre ans une nomination de la part de l'Apériste  Macky Sall, dont il revendique«l'amitié et la proximité», le socialiste Birahim Camara, qui s'est brouillé avec son chef de parti, Ousmane Tanor Dieng, veut aujourd'hui être député. Il lorgne un des quinze sièges dédiés à la diaspora sénégalaise dans le monde. 

D'ailleurs Birahim Camara dit être déjà investi pour les Législatives du 30 juillet prochain par un mouvement (Oeuvrer pour les sénégalais de l'extérieur , O S E) qu'il aurait créé récemment. Investiture qu'il dit avoir accepté.

Alors  que fera t-il s'il devenait député des Sénégalais de l'extérieur? 

«Je ne ménagerai  aucun effort ni ne comptabiliserai aucune peine pour concrétiser les attentes de nos compatriotes de France. Au delà des clivages partisans je me battrai pour les droits civils, civiques et politiques longtemps en berne tant en France qu' au Sénégal», a expliqué Birahim Camara qui se revendique de la majorité présidentielle au Sénégal, dans un communiqué parvenu à Afrique Connection.

 

 «Nos enfants nés français qui revendiquent et obtiennent la nationalité sénégalaise doivent accéder aux institutions de la république»

 

Acteur associatif en France depuis des décennies, Camara promet notamment de défendre à l'Assemblée nationale du Sénégal, si toutefois fois il y entrait, la renégociation de nouveaux droits pour les familles, les retraités et les victimes des maladies professionnelles.

«Une piste nouvelle sera empruntée pour lutter contre l'émigration clandestine devenue un fléau pour les hameaux et les villages. Il s'agit aujourd'hui de réfléchir sur l'utilisation de notre apport financier à l'économie sénégalaise afin d'orienter les mille milliards que nous envoyons chaque année», s'est également engagé Birahim Camara depuis son Fouta natal où il se trouverait actuellement en séjour.

Enfin, il ambitionne aussi de se battre pour la valorisatoon des capacités et des compétences des enfants de Sénégalais nés en France pour, justifie-til, "accentuer leur participation et leur implication dans notre marché vers le développement.»

Tout comme il entend s'élever contre certaines «discriminations comme celle relative à la nationalité du candidat à l'élection présidentielle.» «Nos enfants nés français qui revendiquent et obtiennent la nationalité sénégalaise doivent accéder aux institutions de la république», martèle Birahim Camara. 

Pour rappel, Brahim Camara, après s'être fâché avec Ousmane Tanor Dieng, a pris ses distances avec la "coordination" du Ps en France depuis plusieurs années. Dernièrement, il s'était aligné dans le mouvement de soutien en France d'Aissata Tall Sall, la Maire de Podor (nord du Sénégal) pour promouvoir la candidature à la candidature de celle-ci à la présidentielle de 2019. Mais, visiblement, il a pris ses distances avec l'avocate également depuis que son mouvement a mis ses activités en berne.

Cheikh Sarr pour afriqueconnection.com

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV