Édition

Entretien avec Hinda Djeridi, auteure du livre "L'âme du Ramadan "

Afrique Connection | 18 / 05 / 2018 à 11:43

Depuis ce jeudi (mercredi une partie), les musulmans du monde entier ont entamé le jeûne du ramadan, un des cinq piliers de l'islam. Comment les musulmans doivent- ils se comporter durant ce mois béni? Comment doivent- ils s'alimenter le soir pour ne pas mettre en péril leur santé? Toutes ces thématiques, et bien d'autres, sont abordées dans "L'âme du Ramadan ", un livre qui vient de paraître sous la plume de Hinda Djeridi, naturopathe, écrivaine et journaliste à la radio France Maghreb 2. Dans cet entretien accordé à Afrique Connection, l'auteure explique notamment pourquoi son "guide pratique " aiderait le musulman qui observe le jeûne à préserver sa santé.

 

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs?

Je suis naturopathe, énergisticienne, animatrice radio sur france maghreb 2 à Paris. Je tiens notamment une émission, « Parler bien-être et réussite », tous les dimanches de 16 à 18 h. Le but de cette émission est de valoriser l'être humain dans toutes ses démissions, et aussi d'aider les jeunes de croire en eux, de croire en leurs rêves; mais elle permet aussi de mettre en avant des artistes qui ne sont pas connus, de rapprocher les peuples, de tisser des liens de solidarité, de partage et de joie. Je suis également écrivaine et je viens de publier donc "L'âme du ramadan" dont on va parler. Je suis aussi Youtubeuse. Mais avant tout ça, j'ai travaillé 16 ans en pharmacie.


Qu'est-ce qui vous a motivée à devenir naturopathe, un métier peu connu ?

C'est un accident qui m'a amenée à la naturopathie. J'ai en effet eu un accident qui a été un révélateur pour moi : j'ai souffert de six ans de crises d'épilepsie. Avec le contact de la nature, j'ai donc fait des études en tant que naturopathe. J'ai en effet compris que nous avons tout en nous pour nous auto-guérir. J'ai fais un énorme travail en moi avec la méditation qui m'a permise de comprendre que mes crises étaient causées par un excès d'ondes positives qui excitaient le cerveau et qui donc déclenchaient mes crises.
Tout ça m'amène justement à comprendre que nous sommes des êtres merveilleux, nous sommes le champ de tous les possibles ; et qu'en nous nous avons toutes les capacités, seulement l'être humain s'auto-sabote, s'auto-limite. Il pense qu'il est être limité, alors qu'en réalité il est le champ de tous les possibles.

Votre émission sur France Maghreb 2 est-elle aussi un moyen de mettre en valeur les talents de la diaspora ?

Exactement ! C'est une émission qui consiste beaucoup à mettre en valeur la diaspora. J'ai déjà reçu des Maliens, des Sénégalais, des Mauritaniens, etc. qui nous ont parlé de leur histoire, de leur parcours. Je reçois des écrivains, des artistes, etc. ça me tient à cœur de les mettre en avant parce que je suis Africaine. Pour moi la famille est primordiale, et l'Afrique est une famille. Ensemble et unis, nous pouvons faire tellement de choses. C'est important donc que la diaspora africaine puisse avoir une visibilité, mettre en avant tous ses créateurs, toute sa richesse. L'Afrique, c'est la richesse traditionnelle, culturelle, c'est la richesse de son sol. L'Afrique c'est aussi la jeunesse de sa population, et cette jeunesse a besoin d'être valorisée. Et il faut lui en donner les moyens.

C'est un appel à plus de solidarité entre les diasporas africaines aussi?

Oui c'est un appel à plus de solidarité entre toutes les diasporas africaines. Nous sommes des frères et sœurs, nous devons nous donner la main, avancer main dans la main, chacun apportant sa culture, sa tradition, ses plats culinaires, etc.

Parlons maintenant de votre livre "L'âme du Ramadan" que vous venez de publier à la veille justement de ce mois béni chez les musulmans. Comment vous est venue l'idée de ce livre ?

Je vais d'abord vous parler du titre, « L'âme du Ramadan ». Il faut savoir que l'âme, c'est la subtilité, le palpable, l'invisible. Tout est dans l'invisible. L'âme renferme toute la connaissance de la création du monde, la création de chaque individu.
Pour moi, ce livre est ma manière de participer à l'humanité.
Aujourd'hui, les gens ont peur de l'islam avec tout ce qui se passe. Il pensent que l'islam c'est le terrorisme. Moi j'ai grandi avec une éducation musulmane, mais ma spiritualité est venue bien après mon accident. Là j'ai ressenti vraiment mon amour pour l'humanité, l'amour inconditionnel, c'est à dire l'amour pour le divin que je ne ressentais pas avant. J'étais croyante mais je ne vivais pas Dieu avant. Aujourd’hui je peux dire que je suis croyante et je vis Dieu. En fait croire et vivre ce sont deux choses différentes. Quand on est croyant et on vit Dieu, on veut le bien pour les autres, même celui qui nous fait du mal. Il faut pardonner.

Quel est le contenu de votre livre ?

Dans « L'âme du ramadan », il y a toutes les dimensions : comment on doit entrer dans le Ramadan, comment on doit manger le soir, ce qu'on ne doit pas manger, des conseils pour les diabétiques et ceux qui souffrent de l'hypertension. Mais il y a aussi des conseils au niveau de la méditation.
Il y a énormément de conseils de médecins dedans pour aider le musulman à bien jeûner. En réalité, on fait de grosses erreurs pendant le Ramadan. Le soir, à l'heure de la rupture, on remplit la table de nourritures. Le Ramadan est fait pour mettre au repos les systèmes enzymatiques, mécaniques, digestifs, c'est à dire tous ces systèmes qui utilisent énormément d'énergie. Il faut savoir que plus vous allez manger mal, plus vous grignotez votre capital santé, plus vous vieillissez vos cellules. Aussi, vous augmentez les maladies métaboliques : le diabète, l’hypertension. On mange tellement mal qu'il y a une augmentation de ces maladies pendant le mois de Ramadan, alors que ce mois est fait pour notre bien.


Donc vous dîtes aux gens « mangez avec modération » ?

On va dire « mangez, mais avec conscience ». Hippocrate disait notre meilleur médicament c'est notre alimentation. Dans la médecine prophétique c'est pareil. Le Prophète Mohamet conseillait un tiers de nourriture, un tiers d'eau et un tiers d'air. Il ne faut pas manger à satiété, c'est trop dangereux pour la santé. Ne pas manger jusqu'à avoir le ventre gonflé. Ce livre est donc un recueil de conseils pratiques, un guide pratique qui va vraiment aider au maximum les gens.


Propos recueillis à Casablanca par Thierno DIALLO

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV