Etats-Unis

Inquiétude pour les Africains des USA: Donald Trump annonce l'expulsion "des millions" de sans-papiers

Afrique Connection | 18 / 06 / 2019 à 10:15

Les nombreux ressortissants africains aux Etats-Unis ont de quoi s'inquiéter. Donald Trump s'apprête à mettre en exécution sa promesse de campagne consistant à renvoyer davantage de sans-papiers dans leurs pays d'origine.

Le président américain s’est exprimé ce lundi sur Twitter, quelques heures avant un meeting en Floride au cours duquel il doit annoncer sa candidature pour un second mandat en 2020.

Déjà en campagne. Toujours prompt aux annonces fracassantes, aux attaques sans filtre ou aux promesses qui flirtent parfois avec le populisme, Donald Trump ne devrait pas lever le pied, alors qu’il s’apprête à annoncer ce mardi à Orlando (Floride) sa candidature à un nouveau mandat à la tête des Etats-Unis.

Alors, fidèle à son style peu nuancé, le président américain s’est fendu, quelques heures avant son meeting floridien, d’un tweet dont la teneur rappelle ceux qu’il publiait, alors qu’il menait campagne contre Hillary Clinton pour l’accession à la Maison-Blanche en 2016.

« La semaine prochaine l’ICE (NDLR : la police migratoire) va commencer à expulser les millions d’étrangers illégaux qui sont entrés de manière illicite aux Etats-Unis », a ainsi indiqué Trump sur son compte lundi soir (heure américaine). Ils seront renvoyés aussi rapidement qu’ils arrivent ».

« Une invasion » pour Trump

Le président de la première puissance mondiale a ajouté que le Guatemala était « prêt à signer un accord » selon lequel les migrants entrant sur son territoire auront l’obligation de demander le statut de réfugiés là-bas plutôt qu’aux Etats-Unis. 

Ces derniers font face à un afflux de migrants en provenance du Guatemala et d’autres pays pauvres d’Amérique centrale touchés par la violence des gangs.

Donald Trump, qui a déjà employé le terme d’« invasion », a fait de la lutte contre l’immigration illégale une des priorités de son administration. Lors de son élection, il avait notamment promis d’ériger son fameux « mur » à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique. Une promesse qui s’est longtemps heurtée à des problèmes de financement et reste encore parfois bloquée par la justice américaine.

Plus tôt lundi, les Etats-Unis ont par ailleurs confirmé qu’ils ne fourniraient pas de nouvelles aides financières aux pays d’Amérique centrale tant qu’ils ne mettraient pas en œuvre des « actes concrets pour réduire le nombre de migrants clandestins qui arrivent à la frontière américaine ».

Afrique Connection, avec Leparisien

Top 10 + Populaires