Exclusif : le corps du Sénégalais poignardé à mort dans un bus à Paris rapatrié ce samedi à Dakar (voici son identité)

Afrique Connection | 18 / 08 / 2018 à 01:16

L'information sur le Sénégalais poignardé à mort, mercredi 8 août, dans un bus de la ligne 255 de la RATP, à la Porte de Clignancourt, a fait le tour de la presse française et sénégalaise. Mais jusque-là son identité n'était pas connue.

Aujourd'hui Afrique Connection vous révèle en exclusivité son nom et son terroir d'origine au Sénégal.

Il s'appelait Baidy Coulibaly, âgé d'une cinquantaine d'années. Il est originaire de Namandir, localité située à quelques jets de crachats de la ville de Diawara, dans le département de Bakel, à l'est du Sénégal.

Baidy Coulibaly habitait dans un foyer de travailleurs, à Thiais, dans le Val-de- Marne, avec un des ses fils qui l'a rejoint en France il n'y a pas longtemps. Tout le reste de sa famille vit dans son village d'origine.

Depuis le jour du drame, ses proches (frères, amis) sont sous le choc. La levée du corps a eu lieu hier vendredi 17 août en fin de matinée, à l'institut médico légal du Quai de la Rapée, dans le 12e arrondissent de Paris. Sur place, l'émotion était palpable.

Le corps de Baidy Coulibaly arrive ce samedi  soir à Dakar à bord d'un vol d'Air France qui partira de Roissy-Charles-de- Gaule. Dans la foulée, le cortège funèbre prendra la direction de Namandir où il sera inhumé.

Comment ses proches ont appris la triste nouvelle?

Pour rappel, Baidy Coulbaly a été poignardé par un jeune homme de 30 ans alors que lui et les autres passagers attendaient le départ du bus.

« Pour le moment, l'enquête est en cours, on ne connaît pas ce qu'ils se sont dit exactement. Mais ce qui est sûr, nous n'avons jamais vu Baidy se battre avec quelqu'un. C'était un homme sans histoires. Nous pensons donc qu'il ne s'est pas battu avec son agresseur, mais on l'a tué », confie à Afrique Connection un proche de la victime.

Ce jour-là, Baidy Coulibaly a quitté son domicile à 5 h du matin pour se rendre au travail. Pendant la journée, des personnes, dont son fils, ont essayé de le joindre. Mais il ne répondait pas. C'est en fin d'après-midi que la police a débarqué dans sa chambre, au foyer pour apporter la mauvaise nouvelle à son fils.

Afrique Conection présente ses condoléances à la famille éplorée.

Par Thierno DIALLO, Afrique Connection

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV