RDC: une journaliste détenue pour "diffamation" et un autre enlevé en RDC

Afrique Connection | 18 / 10 / 2018 à 09:15

RD.jpg

Image utilisée à titre d'illustration

Reporters sans frontières (RSF) a appelé les autorités congolaises à libérer immédiatement une journaliste arrêtée depuis une semaine puis inculpée pour diffamation en République démocratique du Congo.

Sylvanie Kiaku, journaliste pour l'hebdomadaire La Percée a été interpellée par la police judiciaire du Parquet de Kinshasa le 10 octobre, puis inculpée pour diffamation à l'encontre des responsables de la Banque Commerciale du Congo, explique RSF dans un communiqué.

La journaliste est détenue à la prison centrale de Kinshasa faute de pouvoir payer sa caution fixée à 1.000 dollars, elle se trouve aujourd'hui en détention provisoire.

"Les autorités doivent immédiatement relâcher Sylvanie Kiaku en attendant que l'affaire soit jugée sur le fond", a déclaré Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF.

Deux articles portant sur le licenciement de 958 employés de la Banque commerciale du Congo (BCDC) après une restructuration entre 1999 et 2001 ont valu à la journaliste d'être poursuivie, note RSF.

Documents à l'appui, elle avait révélé dans l'édition du 13 septembre de La Percée que 270 d'entre eux étaient aujourd'hui décédés sans avoir reçu de compensation.

L'une des plus anciennes et prestigieuses banque en RDC, la BCDC est détenue depuis fin 2009 à 66% d'actions par l'homme d'affaires belge George Arthur Forrest et sa famille et 25% par l'État congolais.

Une organisation congolaise, Journaliste en danger (JED), s'est jointe à RSF pour exiger la libération de Mme Kiaku.

Un autre journaliste a été enlevé dans la plaine de la Ruzizi, dans la province du Sud-Kivu en même temps que trois autres personnes dans cette région troublée de l'est de la RDC, où opèrent plusieurs groupes armés, a indiqué son média, une radio locale.

Avec AFP

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV