"Le patron vient tous les matins et soirs réclamer des faveurs sexuelles en échange de nourriture ou d’eau filtrée"

Séquestrée et abusée sexuellement au Koweït...Une Ivoirienne raconte son drame (et sa fuite)

Afrique Connection | 18 / 10 / 2018 à 09:02

Il y a quelques semaines, Afrique Connection vous vous partageait le calvaire d'une domestique camerounaise au Koweit, à travers une vidéo. Depuis, les autorités camerounaises ont pris des dispositions pour sortir cette dernière et d'autres compatriotes du bourbier kowétien. Ces cas sont loin d'être isolés. Esclavgae, abus sexuels, maltraitance, séquestration...le calvaire que vivent les Africaines parte chercher fortune au Koweit est sans nom. Aujourd'hui, Afrique Connection vous fait propose cette nouvelle histoire sur le drame des domestiques africaines au Koweit. Elle est racontée en mots et en images, chez notre confrère France 24, par une Ivoirienne, qui a réussi à s'en fuir.

VOICI LE TEMOIGNAGE DE DESIREE KOUASSI

Elle était partie de Côte d’Ivoire pour le Koweït dans l’espoir de mieux gagner sa vie en tant que travailleuse domestique. À Koweït City, Désirée Kouassi, 25 ans, a été séquestrée et sujette à du chantage sexuel pendant plusieurs mois. Elle a documenté son calvaire et alerté les Observateurs de France 24, une démarche qui a permis de mettre fin à son enfer.

Le 1er octobre 2018, un ressortissant ivoirien alerte sur Whatsapp notre rédaction au sujet d’une agence koweïtienne de recrutement de travailleurs domestiques, dont les pratiques sont selon lui douteuses. Lui-même alerté par une victime, une amie d’enfance, il décrit un système où les travailleuses sont enfermées dans un appartement et doivent subir des attouchements sexuels pour obtenir de la nourriture.

Contactée par la rédaction des Observateurs, Désirée Kouassi a pu prendre quelques photos de ses conditions de vie dans l’appartement situé à Al Jahra, au Koweït. Le 2 octobre, elle raconte ce qu’elle vit :

"Quand je suis arrivée au Koweït en janvier 2018, j’étais dans une bonne agence. J’ai travaillé plusieurs mois chez des clients mais je suis tombée malade à plusieurs reprises. L’agence et les clients ont fini par me rejeter à cause des frais médicaux et m’ont "donnée" à une autre agence.

Avec celle-ci, je vis un enfer. On enchaîne les périodes d’essai chez des clients sans être payées, et entre-temps on est enfermées à clef dans un appartement."

Photo de la chambre où dorment les travailleuses. Crédit : Désirée Kouassi
"Il réclame des faveurs sexuelles en échange de nourriture ou d’eau filtrée"

"Le patron vient tous les matins vers 11 h et tous les soirs. Il réclame des faveurs sexuelles en échange de nourriture ou d’eau filtrée [l’eau du robinet n’est pas potable au Koweït, NDLR]. Quand on refuse qu’il nous touche, on est rejetées, mais quand on accepte, il nous donne ce dont on a besoin. Il a installé des barreaux aux fenêtres et demandé aux voisins de garder un œil sur nous.

Photo de la seule "vue sur l'extérieur" des travailleuses séquestrées : une cour d'immeuble. Crédit : Désirée Kouassi

"Je n’ai pas accès à mes documents, qui sont gardés par mon sponsor [ancien employeur, NDLR] : passeport, visa, carte de séjour koweïtienne, etc.

Désirée Kouassi rapporte que le patron demandait essentiellement aux femmes de toucher leurs parties intimes."

Au Koweït comme dans de nombreux pays du Golfe, l’emploi de travailleurs étrangers est régi par le système de tutelle dit "kafala". Les travailleurs doivent avoir un employeur "sponsor" pour être autorisés à travailler. Ce dernier est juridiquement responsable d’eux et décide seul s’ils peuvent quitter leur emploi ou en changer. Si un travailleur étranger fuit son lieu de travail, il peut être arrêté et condamné (amende, peines de prison allant jusqu’à six mois, expulsion, interdiction de séjour).

Depuis 2015, la loi n° 68 garantit un certain nombre de droits aux travailleurs domestiques étrangers, comme un jour de repos hebdomadaire. Mais selon l’avocate koweïtienne Atyab Alshatti, "il est difficile de trouver un foyer qui applique la loi", parce que rien n’est fait pour imposer son application.

Photo du bureau de l'agence en question. Crédit : Désirée Kouassi


Dans notre entretien du 2 octobre, Désirée Kouassi poursuit :

"J’ai demandé au patron de rentrer en Côte d’Ivoire et il m’a dit que je devrais payer 950 dinars pour cela [environ 2 700 euros]. J’ai essayé de bluffer et de lui dire "ok, pas de problème", mais quand je lui ai demandé des contacts ou des informations supplémentaires, il n’avait rien et n’avait visiblement pas l’intention de me laisser partir."

Les toilettes de l'appartement. Crédit : Désirée Kouassi
 
"Nous sommes six femmes dans l’appartement, nous avons très peur d’appeler la police, je pense qu’ils sont tous complices et que ça pourrait nous causer plus de problèmes"

"En ce moment, nous sommes six femmes dans l’appartement, nous avons très peur d’appeler la police, je pense qu’ils sont tous complices et que ça pourrait nous causer plus de problèmes. Les clients qui nous prennent à l’essai ne pourraient pas non plus nous aider, ils nous traitent mal et n’aiment généralement pas les Noires, ils préfèrent les Blanches" [une étude de l’OIT décrit que les familles koweïtiennes privilégient les aides ménagères philippines, réputées efficaces, NDLR].

Après avoir recueilli son témoignage, la rédaction des Observateurs de France 24 a fourni à Désirée Kouassi le numéro de téléphone de l’ONG de défense des droits des travailleurs étrangers Kuwait Society for Human Rights, de l’ambassade de Côte d’Ivoire en Arabie saoudite chargée de ses ressortissants établis au Koweït et de la police koweïtienne. Désirée a rapporté à notre rédaction qu’aucune de ces institutions ne l’a prise au sérieux.

LIRE SUR AFRIQUECONNECTION: VIDÉO: ESCLAVAGE AU KOWEIT: EN PLEURS, LE CRI D'ALARME D'UNE VICTIME CAMEROUNAISE  

"Désirée n’avait pas mangé depuis deux jours et avait du mal à marcher"

La rédaction des Observateurs a donc contacté la Kuwait Human Rights Society le 8 octobre. Celle-ci a alors rapidement réagi et mobilisé les autorités koweïtiennes pour la secourir. Atyab Alshatti, avocate et secrétaire générale adjointe de l’organisation de la Kuwait Human Rights Society, a assuré le suivi de l’opération et rapporté les événements en temps réel à la rédaction des Observateurs de France 24.
 

"Quand votre rédaction nous a alerté le 8 octobre sur les conditions dans lesquelles vivait Désirée et ces cinq autres travailleuses, nous avons contacté le Département d’investigation criminelle [unité de police koweïtienne, NDLR] et porté plainte contre le patron de l’agence."

Désirée était alors toujours dans l’appartement avec les autres femmes. Elle a tenté à plusieurs reprises de nous envoyer sa localisation par Whatsapp, mais ce n’était pas assez précis. Finalement elles ont trouvé le numéro du compteur électrique et notre collaborateur et les policiers ont pu les localiser.

 

La façade extérieure de l'immeuble où étaient enfermées les six femmes. Crédit : Kuwait Human Rights Society

"Les forces de l’ordre ont encerclé le 8 octobre au soir le bâtiment et sont entrés dans l’appartement. Ils ont arrêté de patron, qui était là comme tous les soirs, et proposé aux femmes d’être libérées et envoyées au "refuge". Désirée a accepté mais les autres ont refusé, elles avaient peur et ne connaissaient pas leurs droits. J’ai ensuite rejoint Désirée au commissariat. Elle n’avait pas mangé depuis deux jours et avait, pour cette raison, beaucoup de mal à marcher."

 

Désirée mangeant un repas à son arrivée au commissariat. Crédit : Atyab Alshatti

 

Le suspect, âgé d’environ 60 ans, placé en détention
 

"J’ai aussi vu le suspect, âgé d’une soixantaine d’années, qui a été placé en détention. Désirée n’a pas souhaité porter plainte contre lui [pour pouvoir rentrer rapidement en Côte d’Ivoire, NDLR] mais les enquêteurs qui sont entrés dans l’appartement oui, pour séquestration. Ils ont également ouvert une enquête pour trafic d’êtres humains. Selon les dernières informations que j’ai recueillies, il serait aujourd’hui en prison dans l’attente de son procès. Il encourt une peine de prison ferme."

 

Désirée à l'intérieur du "refuge" du gouvernement koweïtien. Crédit : Atyab Alshatti

Désirée a été envoyée au "refuge", un centre d’accueil géré par le gouvernement où les travailleurs migrants peuvent venir quand ils sont victimes d’abus. Elle a ensuite pu rentrer en Côte d’Ivoire le 13 octobre 2018.
Entre temps, le département des travailleurs ménagers du ministère de l’Intérieur koweïtien a pris les choses en main et fait fermer l’agence : 25 travailleuses, dont les cinq "colocataires" de Désirée, ont été libérées de plusieurs appartements et accueillies au "refuge".

Le groupe de femmes secourues par le département des travailleurs ménagers. Crédit : Kuwait Human Rights Society.

Restée en contact avec la rédaction des Observateurs de France 24, Désirée a affirmé avoir reçu de bons traitements au “refuge” du gouvernement. Cependant, certaines ONG de défense des droits des travailleurs migrants sont assez critiques sur ces lieux. "Ces refuges sont en fait des centres de détention, puisque les travailleurs ne sont pas autorisés à les quitter avant leur déportation inévitable", disait à Al Jazeera en 2014 Rima Kalush, coordinatrice au centre de recherche Migrants Rights.

Crise entre le Koweït et les Philippines

Le traitement des travailleurs étrangers, particulièrement des aides ménagères, a été au cœur d’une crise diplomatique entre les Philippines et le Koweït début 2018. Conséquence du meurtre de Joanna Demafelis, employée philippine retrouvée morte dans le congélateur de ses employeurs en février, Manille a interdit à ses ressortissants de travailler au Koweït pendant plusieurs mois, avant de passer un accord avec le royaume en mai 2018.


LIRE SUR AFRIQUE CONNECTION : Fin de calvaire pour 14 Camerounaises réduites à l'esclavage au Koweit  

L’une des conséquences de cette crise a été l’augmentation des recrutements d’aides ménagères originaires du continent africain. Avant le début du ramadan en 2018, le représentant de la Fédération des employeurs d’aides ménagères avait déclaré que le gouvernement devait "étendre le recrutement de travailleurs ménagères au Nigéria, Madagascar, Ouganda et Tchad d’où ces derniers peuvent arriver en 10 jours", ajoutant qu’ils étaient éduqués, qu’ils parlaient couramment anglais et étaient disponibles à des prix abordables, rapporte Arab Times.

Selon un rapport de l’ONG Human Rights Watch publié en 2010, près 660 000 travailleurs domestiques étrangers, majoritairement des femmes, exercent au Koweït, petit pays peuplé d’environ 1.3 million de citoyens koweïtiens et de nombreux étrangers. Source: Les Observateurs (France 24)

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV