sur la route de la présidentielle sénégalaise

La majorité présidentielle sénégalaise en France ménage ses montures, le C25 local entre dans la danse

Afrique Connection | 19 / 01 / 2019 à 12:00

En France, les représentants du pouvoir et de l'opposition accélèrent la cadence dans la dernière ligne droite avant l'ouverture officielle de la campagne présidentielle le 3 février. Avec des ambitions contrastées.

Comme au Sénégal, dans la diaspora aussi les états-majors politiques sont en train de s'organiser dans la perspective de l'élection présidentielle du 24 février prochain. Chacun à sa façon.

Et à deux semaines de l'ouverture officielle de la campagne, il n'y a plus de temps à perdre. Du coup, ce week-end, pouvoir et opposition vont mettre les bouchées doubles dans l'optique de cette échéance.

La majorité présidentielle installe 13 comités électoraux en 2 jours

Mais, curieusement, ils n'ont pas le même agenda. Pendant que les uns sont en train de ménager leurs montures leur conduisant vers les Sénégalais de France dans le but de les convaincre de voter pour leur candidat, les autres cherchent plutôt à mettre en place un énième cadre...contestataire.

Ainsi, dans la majorité présidentielle, le week-end est placé sous le signe des comités électoraux locaux. Après la désignation de trois superviseurs pour chaque comité, il y a quelques jours, place maintenant à l'installation des comités.  

Ce samedi et dimanche, la majorité présidentielle va installer 13 comités sur toute la France, dans les points focaux suivants : Bordeaux, Lyon, Marseille, Paris, Essonne, Mantes-La-Jolie, Creil, Orléans, Strasbourg, Le Havre, Lille, Nantes et Toulouse. Après coup, c'est le comité électoral national en France qui sera mis sur pied, le 26 janvier selon nos informations.

Le C25 veut « porter le combat à un niveau supérieur »

Du côté de l'opposition, on travaille plutôt à mettre en lace un nouveau cadre-un énième. Depuis plusieurs mois, le Front pour le Départ de Macky (FDM) porte le combat contre le régime en place. Avec ses méthodes qui n'agréent pas tous ses membres. Mais, depuis quelques jours, à la lumière des derniers développements vers le scrutin du 24 février, certains travaillent pour la mise en place de la représentation locale du Collectifs des 25 partis de l'opposition (C25). Il est fort à parier que ce rassemblement aura comme credo la contestation du système des parrainages qui a éliminé plusieurs prétendants à la magistrature suprême, mais aussi le rejet des candidatures de Khalifa Sall et Karim Wade, sans oublier le bien sûr le pilonnage de Macky Sall et de son régime.

Le C25 va annoncer ses couleurs, ce dimanche à Paris, au cours d'une conférence de presse. Sous la houlette d'Ousseynou Seck, ce nouveau regroupement qui entend « porter le combat à un niveau supérieur » et qui se veut « plus structuré » va t-il évoluer parallèlement au FDM ? Ou ce dernier va t-il s'effacer de facto et se ranger dans les oubliettes, comme il avait lui-même contraint le FDPR de Sidy Fall ? En tout cas, Afrique Connection est en mesure d'écrire que la naissance de cette structure entraîne déjà une division au sein de l'opposition en France. Selon nos informations, certains opposants membres du FDM, percevant le C25 comme un cocurrent "déloyal", aurait déjà quitté le panel créé pour la circonstance.

Bref, à quelques semaines de la présidentielle, le choc des agendas personnels et cachés des opposants à Paris est inévitable.

Thierno DIALLO, Afrique Connection

Top 10 + Populaires