PHOTOS: le terrible prix d'être une femme en Afrique

Afrique Connection | 19 / 03 / 2016 à 11:52

afrique prix etre femme.jpg

Au Cameroun, certains familles repassent avec des pierres chaudes les seins des jeunes filles pour empêcher leur développement. C'est pour les préserver des viols et de l'harcèlement sexuel

Mail Guardian Africa a publié une série de photos qui témoignent du statut vulnérable des femmes en Afrique.

Selon ce média britannique, partout sur le continent « les femmes et les filles sont forcées dans des situations et des circonstances inimaginables. » Ce qui fait dire au confrère que « ces images rappellent à quel point le prix d'être une femme peut être élevé. »
image

Une mère mauritanienne force sa fille à se nourrir, en pinçant ses pieds entre deux bâtons  

image

Au Niger, « Wahaya » sont des filles et des femmes qui sont vendues en tant que « cinquième épouse », parce qu’elles ont un statut différent aux quatre épousées autorisées par la loi au Niger 

image

Forcées d'avor des tatouages (Algérie des années 30 et 40).  Lestatouages ​​faciaux ont été pensés pour améliorer la beauté, et les tatouages ​​du corps ont encouragé la fertilité.

imageForcées d'avoir des bébés: la récolte des enfants est une activité lucrative dans les pays pauvres. Les femmes sont enlevées et forcées à procréer, les bébés seront vendus à des parents adoptifs. Dans l'Etat d' Enugu, au Nigeria, il a été découvert une «usine à bébé» qui se composait de neuf femmes enceintes attendant de donner naissance à des enfants qui allaient plus tard être vendus à des familles riches.

image

Forcées à l'excision (ici au Kenya)

image

Forcées de marier leurs violeurs: Amina Filali, 16 ans, a bu le poison à rat la semaine dernière, afin de se tuer parce qu'elle avait été faite pour épouser l'homme qui l' a violée quand elle avait 15 ans. Le Violeur de Filali l'a épousée pour éviter de recevoir une peine pour viol. Au Maroc cela est puni de cinq à dix ans de prison, mais la peine monte à entre dix et vingt ans si la victime est mineure. Ici, sa mère et sa sœur se recuiellent sur la tombe de Filali. 

image

Forcées de manquer l' école: 1 à 10 jeunes filles en Afrique manquent l' école pour une raison ou une autre.  

image

Forcées de se marier: Des millions de filles africaines deviennent femmes chaque année. Au Niger, environ 75% des filles vont devenir épouses- enfants avant leur 18 ans. Au Tchad et la République centrafricaine, le chiffre est de 68%. Voici une jeune fille de la tribu Pokot du Kenya: elle pleure parce que la famille de son futur mari est venue la chercher chez elle. 

image

Cette jeune femme a quitté le Kenya pour poursuivre un travail d'enseignement dans le Moyen -Orient, mais a plutôt été forcé à travailler là - bas comme une serviteuse. Elle a réussi à échapper, mais seulement après avoir subi des blessures: elle a été poussé du troisième étage. A Dubaï et à travers les Emirats Arabes Unis, le système de parrainage restrictive - Kafala - donne aux employeurs un pouvoir disproportionné qui leur permet de garder leurs travailleurs dans l' esclavage et servitude. 

Afrique Connection, avec Mail Guardian Africa

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV