Annie Kamwanga: le parcours d’une femme devenue chef de village

Afrique Connection | 19 / 05 / 2016 à 06:57

Annie Kamwanga.jpg

Annie Kamwanga, cheffe du village de Mukanga Mukenge dans la province du Haut Katanga. Photo Droits Tiers

Annie Kamwanga, 47 ans, est le chef du village de Mukanga Mukenge. Un petit village situé dans le territoire de Kipushi à 35 km de Lubumbashi sur la nationale Kasumbalesa-Zambie, dans la province du Haut Katanga. Cette femme affirme pourtant n’avoir jamais su qu’une femme pouvait se réaliser dans la société autrement qu’à travers son rôle d’épouse et de mère.

A la suite des morts successives qui surviennent en 2013 dans son village de Mukanga Kenge, les postes de secrétaire et de chef de village sont vacants. Annie Kamwanga sera choisie en juillet de cette même année par le chef du secteur de Bukanda pour assurer l’intérim du chef de village. Les deux titulaires de ce poste étaient morts de vieillesse et de maladie. Mais les hommes du village par superstition ne voulaient plus occuper ce poste.

Après quelques hésitations, Annie Kamwanga va braver la peur et accepter d’assumer les responsabilités qui lui étaient proposées. Elle constitue alors une équipe mixte pour l’épauler dans son travail.

«Ce n’était pas facile, les hommes ne nous ont pas rendus la tâche facile. On a fait face à beaucoup de propos et d’attitudes discriminatoires tout simplement parce que nous sommes femmes. Mais nous nous sommes accrochés et nous avons persévéré sans répondre à nos détracteurs», témoigne Annie. 

Au bout de deux années d’intérim, Annie Kamwanga a été élue chef de village à l’unanimité par les membres de sa communauté sans rencontrer d’opposition. Les postes de secrétaire et de trésorière sont occupés par des femmes. Le chef adjoint du village est un homme.

«J’ai désormais de la valeur et je n’ai plus de complexe», affirme pleine d’assurance Annie Kamwanga qui cumule ses tâches administratives avec l’éducation de ses huit enfants. Aujourd’hui, elle présente fièrement son bilan à la tête de ce village.

« Nos réalisations ont témoigné en notre faveur : points d’eau et nouvelles salles de classes construits et équipée à l’aide de subventions mais aussi de la mobilisation communautaire», explique-t-elle.

Le village de Mukanga Mukenge fait partie de l’entité territoriale décentralisée (ETD) de Bukanda, une des six entités bénéficiaires de l’appui du programme britannique d’appui à la gouvernance locale Tuungane qui veut dire en langue Swahili travailler ensemble.

Six ans avant d’occuper le poste de chef de village par intérim, Annie Kamwanga avait débuté son parcours comme mobilisatrice dans le cadre de ce programme. Tuungane est l'un des plus grand programme de gouvernance de la coopération britannique. Il a été mis en œuvre dans les provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu, du Tanganyika et du Haut Katanga par l'ONG "The Internationale Rescue committee". Les bénéficiaires de ce programme dont Annie Kamwanga ont reçu des formations qui se sont révélées utiles dans la suite de leur carrière.

«Je ne savais pas que les femmes avaient aussi un rôle à jouer avant la formation sur le genre que j’ai reçue dans le cadre du programme Tuungane», affirme reconnaissante le chef de village Mukanga Mukenge.

Les obstacles à l’élévation des femmes sont bien présents mais ils n’empêchent pas les âmes courageuses et ambitieuses de poursuivre le chemin de leurs rêves. Dans le cas d’Annie, d’occuper la position de chef de village.

«Grâce notamment au programme Tuungane, la femme s’est affranchie de son rôle traditionnel pour se mettre à côté de l’homme dans la prise de décision», estime Annie Kamwanga.

Radio Okapi

Annie Kamwanga: le parcours d’une femme devenue chef de village

Afrique Connection | 19 / 05 / 2016 à 06:57

Annie Kamwanga, 47 ans, est le chef du village de Mukanga Mukenge. Un petit village situé dans le territoire de Kipushi à 35 km de Lubumbashi sur la nationale Kasumbalesa-Zambie, dans la province du Haut Katanga. Cette femme affirme pourtant n’avoir jamais su qu’une femme pouvait se réaliser dans la société autrement qu’à travers son rôle d’épouse et de mère.

A la suite des morts successives qui surviennent en 2013 dans son village de Mukanga Kenge, les postes de secrétaire et de chef de village sont vacants. Annie Kamwanga sera choisie en juillet de cette même année par le chef du secteur de Bukanda pour assurer l’intérim du chef de village. Les deux titulaires de ce poste étaient morts de vieillesse et de maladie. Mais les hommes du village par superstition ne voulaient plus occuper ce poste.

Après quelques hésitations, Annie Kamwanga va braver la peur et accepter d’assumer les responsabilités qui lui étaient proposées. Elle constitue alors une équipe mixte pour l’épauler dans son travail.

«Ce n’était pas facile, les hommes ne nous ont pas rendus la tâche facile. On a fait face à beaucoup de propos et d’attitudes discriminatoires tout simplement parce que nous sommes femmes. Mais nous nous sommes accrochés et nous avons persévéré sans répondre à nos détracteurs», témoigne Annie. 

Au bout de deux années d’intérim, Annie Kamwanga a été élue chef de village à l’unanimité par les membres de sa communauté sans rencontrer d’opposition. Les postes de secrétaire et de trésorière sont occupés par des femmes. Le chef adjoint du village est un homme.

«J’ai désormais de la valeur et je n’ai plus de complexe», affirme pleine d’assurance Annie Kamwanga qui cumule ses tâches administratives avec l’éducation de ses huit enfants. Aujourd’hui, elle présente fièrement son bilan à la tête de ce village.

« Nos réalisations ont témoigné en notre faveur : points d’eau et nouvelles salles de classes construits et équipée à l’aide de subventions mais aussi de la mobilisation communautaire», explique-t-elle.

Le village de Mukanga Mukenge fait partie de l’entité territoriale décentralisée (ETD) de Bukanda, une des six entités bénéficiaires de l’appui du programme britannique d’appui à la gouvernance locale Tuungane qui veut dire en langue Swahili travailler ensemble.

Six ans avant d’occuper le poste de chef de village par intérim, Annie Kamwanga avait débuté son parcours comme mobilisatrice dans le cadre de ce programme. Tuungane est l'un des plus grand programme de gouvernance de la coopération britannique. Il a été mis en œuvre dans les provinces du Nord-Kivu, Sud-Kivu, du Tanganyika et du Haut Katanga par l'ONG "The Internationale Rescue committee". Les bénéficiaires de ce programme dont Annie Kamwanga ont reçu des formations qui se sont révélées utiles dans la suite de leur carrière.

«Je ne savais pas que les femmes avaient aussi un rôle à jouer avant la formation sur le genre que j’ai reçue dans le cadre du programme Tuungane», affirme reconnaissante le chef de village Mukanga Mukenge.

Les obstacles à l’élévation des femmes sont bien présents mais ils n’empêchent pas les âmes courageuses et ambitieuses de poursuivre le chemin de leurs rêves. Dans le cas d’Annie, d’occuper la position de chef de village.

«Grâce notamment au programme Tuungane, la femme s’est affranchie de son rôle traditionnel pour se mettre à côté de l’homme dans la prise de décision», estime Annie Kamwanga.

Radio Okapi

Afrique Connection TV