transport aérien

Air Sénégal va s'allier avec Air France : une bonne et surtout une (très) mauvaise nouvelle pour les voyageurs Paris-Dakar- Paris

Afrique Connection | 19 / 10 / 2018 à 08:55

Depuis fin 2012, les Sénégalais, surtout ceux résidant en France, avaient pris l'habitude de faire Dakar- Paris-Dakar à bord de Corsair, qui est venue concurrencer Air France sur ce trajet en cassant le prix des billets.

 

Mais cette époque est en passe d'être révolue. La nouvelle compagnie Air Sénégal, qui lance un vol quotidien vers Paris le 1er février, va prendre la place de Corsair. Depuis cette annonce des autorités sénégalaises, les voyageurs ont légitimement nourri des inquiétudes. Des questions aussi. Air Sénégal aura t-elle les ailes assez épaisses pour assurer la même qualité service que Corsair? Sera t-elle assez autonome pour pouvoir garantir des tarifs dans la fourchette de ceux pratiqués par la compagnie qu'elle vient de bouter hors du ciel sénégalais?

Aujourd'hui, on commence à avoir des réponses à ces questions, et donc voir plus clair dans la stratégie de la jeune compagnie sénégalaise qui s'apprête à prendre les airs. 

En clair, la nouvelle compagnie sénégalaise va voler sous les ailes de la compagnie française, en utilisant la logistique et les services de celle-ci

En effet, selon des informations de notre confrère Le Point Afrique, Air Sénégal, consciente de ses limites, travaille discrètement sur une alliance avec Air France. En clair, la nouvelle compagnie sénégalaise va voler sous les ailes de la compagnie française, en utilisant la logistique et les services de celle-ci.

Grâce à ce partenariat, Air Sénégal est autorisée à opérer au terminal E de Roissy-CDG, à en croire notre confrère français. Le Sénégal peut se gargariser de ce privilège exceptionnel, d'autant que seules Air France, ses filiales et ses alliées, comme les compagnies de l'alliance SkyTeam, ont accès à cette aérogare fonctionnelle et efficace…Fini donc les embarquements et débarquements à Orly, pour ceux qui avaient pris l'habitude de voyager sur Corsair ces dernières années.

Ainsi, pour les passagers d'Air Sénégal, les services d'aéroport (enregistrement, traitement des bagages, embarquement, salon affaires, etc.) seront assurés par Air France.

L'autre aspect du partenariat réside dans le volet commercial.

« Pour une compagnie qui ouvre une nouvelle ligne, la représentation commerciale doit être créée. Pour Air Sénégal, ce n'est pas encore le cas, notamment à Paris, et ce, à trois mois du premier vol Dakar-Paris. Cette représentation commerciale devrait être assurée par Air France à travers ses bureaux dans les grandes villes, son réseau d'agences de voyages, etc. Ce sont autant de coûts de structures économisées par la jeune compagnie », précise la source.

Aussi, le même accord permettra de voyager à l'aller sur un vol Air France et au retour sur Air Sénégal avec un "billet au meilleur prix".

« Avec un billet Air France, il sera alors possible de voyager sur un vol Air Sénégal. Et réciproquement », précise à propos notre confrère.

La conséquence de cette concurrence inexistante est l'absence de bas tarifs comme sous l'ère Corsair

Vu les termes de l'accord sus-cités, on peut donc dire que cette alliance avec Air France est une bonne nouvelle. Une bonne nouvelle, oui, mais pour qui ? Pour les autorités sénégalaises qui vont faire des économies. Mais aussi et surtout pour Air France. Forcément ! Car si la compagnie française consentit à tous ces avantages à sa jeune sœur sénégalaise, la porte sous ses ailes compactes, c'est sûrement parce qu'elle gagne quelque chose en retour : l'absence de concurrence.

Avec ce partenariat, Air Sénégal n'aura aucun pouvoir de concurrencer Air France sur les tarifs des billets, contrairement à la future-défunte Corsair. Pour la simple raison qu'on ne peut pas être pris en charge par quelqu'un, vivre sous sa tutelle, et le concurrencer en même temps. Sous cette configuration, la compagnie sénégalaise ne sera sûrement pas autonome dans l'élaboration de sa grille tarifaire : elle sera obligée de coordonner avec sa tutrice, son patron de Paris.

La conséquence de cette concurrence inexistante est l'absence de bas tarifs comme sous l'ère Corsair. Air France aura ainsi la liberté d'imposer les tarifs qu'elle veut sur Paris-Daka-Paris, comme à l'époque d'avant l’avènement de Corsair. Même si on peut parier qu'au début elle va être plus souple, histoire de ne pas trop froisser les usagers friands de bas prix et qui auront toujours la liberté d'opter avec des vols avec escale sur d'autres compagnies. La compagnie française récupère ainsi son chasse-gardée sur cette ligne, qu'elle avait perdue à cause de la concurrence imposée par Corsair. 

« Sur une route où la demande est plus forte que l'offre, le remplissage annuel des avions est proche de 90 %, ce qui permet de pratiquer des tarifs élevés », constate un proche du dossier, cité par Le Point Afrique.

À ce titre donc, ce partenariat en gestation entre Air France et Air Sénégal est une (très) mauvaise nouvelle pour les voyageurs Paris-Dakar-Paris, particulièrement les Sénégalais de France. Curieusement, en cette fin de spetennat du Président Macky SALL, les usagers sont sur le point de perdre un confort tarifaire dont ils bénéficiaient depuis les premiers mois de ce même septennant. Bon ou mauvais calcul, bonne ou mauvaise publicité à quelques encablures de l'élection présidentielle? 

Thierno DIALLO, Afrique Connection

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV