Le rendez-vous de Tamar Tientcheu pour sa grande avant-première...derrière la caméra

Afrique Connection | 20 / 09 / 2017 à 01:38

Elle en a fait des avant-premières. Mais celle-ci est toute particulière. Puisque, pour la première fois, Tamar Tientcheu y prend part en tant que réalisatrice. Après plusieurs films en tant qu'actrice, l'artiste camerounaise vient ainsi tenter une première expérience derrière la caméra.

Son film, La Triade (Méfiez-vous des femmes) sera projetée en avant-première, ce samedi 23 septembre à 19h30, puis à 21h, au cinéma Lincoln de Paris (14 rue Lincoln, 75008 Paris).

Ayant eu le privilège de visionner ce film avant la grande-première de samedi, Afrique Connection est en mesure d'assurer aux cinéphiles qu'ils ne regretteront de faire le déplacement au cinéma Lincoln.

Mais avant ce rendez-vous au grand public, Tamar Tientcheu avait donné un autre déjà aux journalistes. Elle a en effet tenu une conférence de presse dans le 18e arrondissement de Paris, lundi 18 septembre pour présenter son film à la presse panafricaine et française. 

"La Triade est une histoire entre trois amies d'enfance qui vont devoir se séparer à cause des mariages précoces. Quinze ans plus tard, il y en a une qui devient une grande femme d'affaires et qui décide de replonger dans son passé pour retrouver ses amies d'enfance. Le film retrace le parcours de ces trois personnages (...) Il y en a une qui devenue prostituée après  leur séparation", a campé la réalisatrice camerounaise.

Paris ne sera qu'une première étape d'une longue campagne de promotion du film à travers l'Europe dans un premier temps, puis l'Afrique dans un second. Pour juguler les aléas de la distribution, les équipes du film vont présenter le film « dans tous les capitales francophones d'Europe », a révélé la réalisatrice. Ensuite, le cap sera mis sur l'Afrique où des rencontres similaires seront organisées pour promouvoir « La Triade ». Après coup, Tamar Tientcheu tentera de nouer des partenariats avec des chaînes de télévision africaines.

"Ça m'a faire prendre conscience des capacités que j'avais mais que j'ignorais"

Qu'a ressenti la réalisatrice en se retrouvant de l'autre côté de la caméra ? A t-elle eu les mêmes sensations ?

« A la base, je suis comédienne. Ça veut dire que j'aime jouer des rôles. C'est ma passion, c'est mon univers. J'ai 17 ans ce carrière. Mais après, en évoluant dans le métier, je me suis rendu compte qu'il y a besoin d'encadrer les jeunes qui arrivent. Je me suis donc essayé à la réalisation. Si c'était à refaire, peut-être que demain je le referai. Mais, à la base, moi j'aime avant tout jour », répond la réalisatrice.

Avant de compléter : « Ça m'a fait beaucoup de bien. Ça m'a faire prendre conscience des capacités que j'avais mais que j'ignorais. Par exemple le fait de gérer tout un plateau pendant un an. Ça m'a permise aussi d'acquérir d'amples connaissances sur mon métier en plus de celles que j'avais déjà. »

D'après la réalisatrice, l'idée du film a germé dans la tête du scénariste il y a quinze ans. Mais ce n'est qu'il y a cinq ans que sa réalisation a été décidée. Le tournage du film a duré un an. Il a été projeté pour la première à Cannes, en avril dernier, à l'occasion du de la 14e édition du Festival international du film panafricain.

Thierno Diallo, Afrique Connection

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV