des rues anonymes rendent difficiles le quotidien des africains

En Gambie, une victime d'un cambriolage a mis 35 minutes à indiquer sa maison à la police

Afrique Connection | 20 / 11 / 2019 à 09:47

C'est connu, en Afrique, l'absence de rues dénommées et bien numérotées dans l'ordre, bref d'adresses précises, constitue un vrai casse-tête pour les habitants, l'administration. Cela rend forcément compliqué la communication via la poste ou entre les citoyens.

En Gambie, comme partout ailleurs en Afrique, il existe des milliers de rues, mais peu d'entre elles ont un nom ou même un numéro de rue.

Dans ce pays dirigé par Adama Barow, un homme a pu mesurer cette quadrature du cercle quand il s'est fait cambrioler.
Figrez-vous, la semaine dernière, alors qu'il subissait un cambriolage, il a passé 35 minutes au téléphone à essayer de diriger un policier vers sa maison.
Voilà un problème que devait résoudre des gouvernants au Sénégal, Gambie, Guinée, Niger, Guinée-Biossau, Congo, bref partout en Afrique.
Dans certains pays, comme le Sénégal et la Côte d'Ivoire par exemple, seule une petite zone de la capitale, où sont sont concentrés les services administratifs, est bien identifiée par un système d'adressage. Mais là encore ce n'est pas le top. Bref, on a encoire du pain sur la planche avant d'atteindre l'émergence tant chantée sous nos tropiques.
Afrique Connection

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV