découverte macabre

Un Sénégalo- bissau guinéen retrouvé mort dans sa voiture à Paris, son corps a été rappatrié ce mercredi (les révélations de sa famille à Afrique Connection)

Afrique Connection | 20 / 11 / 2019 à 08:58

corr.jpeg.png

Parking Butte-au-Berger, à Chilly-Mazarin, dans la banlieue sud de Paris

Ibrahima Correia, un homme âgé de 22 ans, originaire du Sénégal et de la Guinée-Bissau, a été retrouvé mort dans sa voiture qui le servait de "domicile" temporaire en attendant d'avoir une réponse à sa demande de logement. La découverte macabre a été faite par des policiers en patrouille, mardi 2 Novembre 2019 au petit matin, sur un parking du parc d'activités de la Butte-au-Berger, à Chilly-Mazarin, dans l'Essonne, au sud de Paris.

Appartenant à la communauté manjacque de la région parisienne, Ibrahima n'était pas un sans papier. "Il travaillait pour une société de transports du secteur, avait fait une demande de logement à la mairie une semaine plus tôt", précise notre confrère Le Paarisien.

Selon les premiers éléments de l'enquête, il serait mort en raison d’une intoxication au monoxyde de carbone après avoir voulu se chauffer.
"Faute de logement, il lui arrivait de dormir dans sa voiture. Dans la nuit de lundi à mardi dernier, surpris par la première vague de froid, il a voulu se chauffer avec du charbon", renseigne notre confrère.
"Après avoir brisé l'une des vitres du véhicule, les secours mobilisés n'ont pu que constater le décès. « Des traces de charbon ont été retrouvées à côté de lui, indique une source proche de l'enquête. Il a voulu se chauffer avec un brasero. La voiture était verrouillée de l'intérieur et le corps ne portait pas de trace de l'intervention d'un tiers ». Autrement dit, Ibrahima n'a pas été battu. Lors de l'autopsie réalisée mercredi dernier, aucune trace suspecte n'a en effet été notée par le médecin légiste. « Il n'y avait pas non plus de suie dans les poumons comme ça peut être le cas lorsque la mort survient par asphyxie durant un incendie », poursuit une source judiciaire. D'autres analyses ont été réalisées afin de confirmer la présence de monoxyde de carbone dans l'organisme. Les résultats seront connus dans 4 à 6 semaines.

Les secours ont également découvert un plaid dans l'habitacle. « Selon les éléments recueillis, il rentrait parfois dans sa famille mais il pouvait lui arriver de dormir dans sa voiture », reprend une source.
À côté de sa dépouille, les policiers ont aussi retrouvé une demande de logement qu'il avait faite auprès de la mairie de Chilly-Mazarin le 5 novembre dernier.

Ibrahima était fâché avec sa famille et dormait chez sa copine qui a donné l'alerte

Selon des informations d'Afrique Connecion, Ibrahima Correia avait rompu tous contacts avec sa famille, notamment son père qui vit à Savigny, dans le même département. "Personne n'avait de ses nouvelles. Il était fâché avec son père. Il faisait la grosse tête à l'image des jeunes d'aujourd'hui. On a appris par la suite qu'il vivait chez sa copine", confie un proche de la victime à Afrique Connecion.
Face à cette situation, un membre de la famille qui a pu rentré en contact avec Ibrahima, a initié une médiation. L'objectif étant qu'il renoue les liens avec son père et retourne vivre avec sa famille.

Suite à la médiation d'un proche, Ibrahima Correia avait rendez-vous le 16 novembre pour une réconciliation avec son père

D'après notre source, Ibrahima Correia avait accepté le principe d'un rendez-vous chez son père le 16 novembre dernier pour sceller la réconciliation. Mais, hélas, le rendez-vous n'aura jamais eu lieu. Car son corps sans vie a été entretemps découvert dans sa voiture.
C'est sa copine, sans nouvelles de lui pendant quatre jours, qui a alerté sa famille, renseigne nos informateurs. Sa famille a ensuite signalé sa disparition à la police, tout en continuant à faire ses propres enquêtes. Son téléphone étant éteint, les appels tombaient systématiquement sur sa boîte vocale. Selon nos informations, l'enquête de la police a révélé "plus de 600 appels entrants" sur son mobile en quelques jours.

La question qui se pose maintenant est pourquoi Ibrahima ne dormait plus chez sa copine? S'était-il disputé avec cette dernière? L'enquête suit son cours.
En attendant, le corps a été restitué à sa famille. La dépouille mortelle d'Ibrahima Correia a été rapatriée au Sénégal ce mardi 19 novembre. Dans la foulée, le cortège funèbre a poursuivi sa route jusqu'à Tobor, près de Ziguinchor, où Ibrahima Correia sera inhumé ce mercredi à 10 h heure locale.

Thierno DIALLO, Afrique Connection

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV