Sur la route de la présidentielle sénégalaise

Pour le C25 France, il y a un risque d' implosion au Sénégal

Afrique Connection | 21 / 01 / 2019 à 06:11

DECLARATION LIMINAIRE DU C25 France SUR LE RISQUE D’IMPLOSION AU SENEGAL


Nous, Partis politique et société civile Sénégalais établis en France,
regroupés autour du collectif C25 Paris,
Issus d’horizons culturels, de cercles intellectuels et de milieux socio-
professionnels divers,
Constatant l’échec de toutes les politiques de développement initiées,
depuis plus d’un demi-siècle, après l’accession de notre pays à
l’indépendance,
Préoccupés par la situation extrêmement grave que traverse le Sénégal,
marquée par l’adoption, le 19 avril 2018, par une Assemblée nationale
moribonde, de la loi scélérate n°2018-14, en violation totale du
préambule de la Constitution qui énonce clairement « la volonté du
Sénégal d’être un Etat moderne qui fonctionne selon le jeu loyal et
équitable entre une majorité qui gouverne et une opposition qui
représente un pilier fondamental de la démocratie et un rouage
indispensable au bon fonctionnement du mécanisme démocratique »,
Constatant la multiplication des arrestations arbitraires d'hommes
politiques comme de simples citoyens opposés au régime en place,
l’instrumentalisation à outrance de la justice, la saisine récurrente du
Conseil Constitutionnel aux fins d’une couverture juridique, et la mise en
place de stratégies de verrouillage dans une logique de conservation du
pouvoir,
Constatant que le socle de l’Etat de Droit et du pluralisme démocratique
est distendu,
Profondément indignés par la violation manifeste des droits élémentaires
de millions de sénégalais privés en 2017 de Nationalité et de Citoyenneté
(Droit de disposer d’une pièce d’identité), et de l’exercice d’un Droit
fondamental et Constitutionnel, le Droit de vote, consacré par l’article 3 de
la charte suprême,
Constatant que l’atteinte au Droit de vote est le signe d’un profond
dérèglement de notre système démocratique, et d’une violente rupture du
pacte républicain,
Constatant l’ampleur de la corruption, la captation des deniers publics par
un clan (le Président Macky SALL et ses affidés) et la montée de la violence à tous les niveaux de la société sénégalaise, particulièrement dans le champ politique,

Soucieux d’éviter que le Sénégal ne bascule dans l’instabilité et le chaos total, du fait des multiples dérives et pratiques liberticides,

Exigeons le rétablissement de l’Etat de Droit qui passe par le respect de
la Constitution, des libertés publiques et des conventions internationales
ratifiées par notre pays, de manière à permettre à chaque sénégalais
l’exercice d’une citoyenneté pleine et entière,

Rejetons avec force, la loi sur le parrainage. Une loi déloyale, partisane,
inconstitutionnelle et discriminatoire,

Exigeons :
- la mise à l’écart totale d’Aly Ngouille NDIAYE dans l’organisation de
l’élection présidentielle et la nomination d'une personnalité neutre chargée
des élections,
- le départ d’Ibrahima Diallo, Directeur de la DAF, admis à faire valoir ses
droits à la retraite des années, maintenu pour de sales besognes.
- l’audit complet du fichier électoral pour sa consolidation avant tout
scrutin,
- le contrôle de la distribution des cartes aux ayants droits par la société
civile et émissaires de bonne volonté neutres,
- l’application immédiate de l’article L.48 du code électoral (droit de regard
et de contrôle du fichier électoral aux partis politiques),
- la suppression du parrainage,
Récusons le Conseil constitutionnel qui a failli à sa mission, et dont les 7
membres sont illégitimes, parce qu’ayant violé leur serment,
Réclamons pour les présidentielles de 2019, un scrutin libre, transparent,
démocratique et sincère, puisant sa légitimité dans le suffrage universel
(non faussé), expression de la souveraineté populaire issue des urnes,
Alertons l’opinion publique nationale et internationale, et les partenaires
techniques et financiers, préoccupés par la stabilité du Sénégal, des
risques de turbulences électorales en 2019, et de basculement vers des
lendemains incertains, dans un contexte sous régional profondément
marqué par la menace djihadiste. La situation inquiétante du Mali voisin
est trop préoccupante depuis la présidentielle passée.

Inscrivons notre action dans le cadre d’une collaboration avec tous les
partenaires et amis du Sénégal, soucieux de préserver la paix, et la
sécurité dans notre pays,
Comptons alerter la communauté internationale et les partenaires
techniques et financiers en leur fournissant des mémorandums détaillés
sur les risques de guerre civile liés aux enjeux du pétrole et du gaz
Sénégalais,
Appelons à un large rassemblement de tous les citoyens sénégalais, sans
exception aucune, pour la mise en place d’une plateforme ouverte, non
partisane, patriotique, articulée autour de la défense de l’Intérêt Général,
du rétablissement de l’Etat de droit, et l’instauration d’une démocratie
rénovée au service du peuple,
Invitons tous les sénégalais à organiser la résistance pour faire face à un
régime prédateur et de dictature, un régime déliquescent et impopulaire,
dont les jours sont comptés.
Que vive le SÉNÉGAL
Que vive la république
Que force reste à la loi
Que la loi soit au service du peuple souverain
Fait à Paris le 20 janvier 2019

Afrique Connection TV