UNE NOUVELLE TRAITE NÉGRIÈRE : PLUS JAMAIS ÇA!

Afrique Connection | 21 / 11 / 2017 à 03:55

TRIBUNE


En novembre 2004, parti assister aux funérailles de feu mon père, je suis allé rendre visite à un cousin. Sur le chemin du retour, nous rencontrons un jeune qui partait acheter des cigarettes dans le centre du village. Il me fut présenté et en profita pour m'interpeller :

- Père, dit-il, si j’avais le choix, je préférerais être dans les prisons d’Europe que devoir vivre dans la misère.
- Vous y pensez réellement lui demandais-je ?
-Oui, me répondit-il.

Treize ans après, ce qui me semblait être une anecdote est malheureusement devenu une triste réalité. Ce qui se passe en Libye témoigne du désarroi de la jeunesse africaine et de la cupidité de nos dirigeants. La traite négrière a existé parce qu’elle a été codifiée. L’apartheid a existé, lui aussi parce qu’il a été codifié. La traite de la jeunesse africaine en terre libyenne et enfermement dans des cages dans l’attente d’être livrés à des vautours humains a été décrétée. 

La société africaine, de façon consciente ou inconsciente (...) a décrété au cours de ces dernières années, au mépris de ses valeurs traditionnelles, morales et religieuses, pour ses enfants, filles ou garçons, qu’il fallait avoir de l’argent. 

D’abord par les africains. La société africaine, de façon consciente ou inconsciente, dans sa composante familiale, qu’elle soit nucléaire , monoparentale, a décrété au cours de ces dernières années , au mépris de ses valeurs traditionnelles, morales et religieuses, pour ses enfants, filles ou garçons, qu’il fallait avoir de l’argent. Qu’on l’appelle, CFA, euro, dollar, yen, peu importe la couleur, il faut en avoir.

Pour cela, il faut aller le trouver quitte à prendre tous les risques. Pourquoi faire?, emanderait un Candide. Tout simplement pour satisfaire un besoin matériel de ce bas monde où nous sommes de passage. « Avoir sa maison, son 4X4, être adulé par sa mère, par le voisinage, et parfois aussi détesté ou jalousé par ses marâtres et malheur à celui ou à celle qui n’aurait pas trouvé un job pour apporter sa contribution. Ceux-là seraient d’ailleurs les talibés « gnacsolés  » devant un marabout irresponsable. 

Au nom de ce décret familial, les villages se sont vidés, on est bonne à huit ans pour les filles, on est marchand ambulant ou que sais-je encore à dix ans pour les garçons, à Accra, à Lomé, à Saint-Louis.


Dans les villes, les mamans se sont mises dans les tontines pour amasser de quoi payer le trafiquant, le passeur, les intermédiaires. Certains pères, qui avaient réussi à économiser et acheter un appartement, n’ont pas pu résister aux paroles incendiaires de leurs épouses, ont fini par brader leurs biens pour financer non pas un projet mais un intermédiaire, ancien policier, gendarme à la retraite, parce qu’il s’est reconverti en passeur. Mes sœurs, mères africaines, vous avez une part de responsabilité dans ce qui se passe à Tripoli, ou partout ailleurs, nos enfants sont bâillonnés, emprisonnés, ou certains attendent d’être jugés pour être exécutés ou non (affaire Mbayang
DIOP, une sénégalaise, incarcérée en Arabie saoudite.) °

Quand vous me direz que vous êtes musulmanes, chrétiennes, et que vous croyez en Dieu, j’ai envie de vous répondre, que vous ne croyez qu’à la mort, cette vérité générale. Ceci est d’autant plus vrai que vous n’êtes pas les seules dans cette situation.

Voyons, nos gouvernants, ils ont tous juré et prêté serment devant Dieu, qu’ils allaient être au service de la nation. Le calvaire de la jeunesse africaine, un pan de la nation fuyant la misère, la pauvreté, la famine, les maladies, les guerres claniques, l’emprisonnement ou l’internat des opposants montrent qu’ils ont failli à leur mission. A cet effet, ils ont des comptes à rendre à qui de droit, aux peuples tout simplement. Messieurs, les Présidents, vous, et vos gouvernements respectifs, vous nous devez des excuses, vous nous avez avilis devant la face du monde. Un souvenir douloureux pour les petits fils d’esclaves. Senghor et Césaire, nous avaient rendus fiers par leur combat permanent lorsqu’il s’agissait de défendre la race noire.

Vous les gouvernants, en revanche, vous êtes les commanditaires pour n’avoir pas été dignes d’assumer vos responsablitités.

Je reproche aux familles d’être en partie responsables parce qu’elles ont financé des voyages sans retour doivent regretter. Vous les gouvernants, en revanche, vous êtes les commanditaires pour n’avoir pas été dignes d’assumer vos responsablitités. Combien de milliards sont passés entre vos mains soit pour financer des projets, soit pour construire des écoles, des hôpitaux. Rien, de rien, car une fois élus et au lendemain de votre installation, vous commencez à penser au prochain mandat et pour cela, il faut s’activer. La machine corruptrice se met en route, il faut lister toutes les personnes susceptibles d’y participer. Si ce n’est pas la voix d’une militante, c’est l’arrivée d’un transhumant qui vient poser ses valises. On devrait vous juger pour que vous nous rendiez des comptes par une cour africaine et par des avocats issus du continent que nous aurons choisis.


Ensuite, les Européens, vos complices, qui n’ont aucun respect pour vous, car vous ne le méritez pas (Mugabe, à 93 ans, s’entête à rester au pouvoir et rêver d’un nouveau mandat, quelle bassesse !) Chapeau à Senghor et à Mandela ! Ces Européens sont aussi responsables de ce que vit la jeunesse africaine en terre libyenne.
Sous le prétexte que Kadhafi, l’homme qui durant des années a dirigé son pays d’une main de fer et tenu tête aux puissances occidentales devenait encombrant, et ce après lui avoir soutiré « des valises de billets », devait être assassiné pour créer l’anarchie et le chaos. 

Puisque la diplomatie africaine est une diplomatie au rabais, celle de l’Europe, active et réactive a bien analysé la situation que Tripoli est aux portes de l’Europe et c’est là où transitent les Africains qui viennent en Europe. Il fallait verrouiller le passage, avec la mort du guide libyen laissant un territoire morcelé où les armes font la loi, la mission était accomplie. Il est bien évident que la jeunesse africaine qui s'y trouvait en ce moment n’imaginait pas être prise au piège dans ce pays sans maître et sans loi, elle qui rêvait d’Europe est victime de la politique sans scrupules de l’Occident qui ne veut plus la voir sur ses terres. 

Je suis révolté et d’autant plus révolté qu’à ce jour, la diplomatie du continent est aux abonnés absents. Après les images que nous tous avons découvertes, les diplomates africains se devaient se réunir à Addis-Abeba (Éthiopie) siège de l’UA (L’UNION AFRICAINE) pour manifester leur colère et préconiser des solutions.

Quel message vous envoyez à toute la jeunesse du continent, si ce n’est qu’un message de honte, délivré par des diplomates sans vertu ?
Jeunesse du continent, nous sommes avec vous. Vive l’Afrique, vive l’unité africaine !

Abdoulaye SENE
Paris (France)

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV