sur la route de la présidentielle sénégalaise

Les Khalifistes de France dénoncent un "harcèlement à l'encontre de nombreux jeunes de l'opposition"

Afrique Connection | 22 / 01 / 2019 à 08:36

Communiqué de Taxawu Senegaal ak Khalifa Ababacar Sall / France

Nous apprenons avec stupéfaction ce mardi 22 janvier 2019, l’arrestation de plusieurs jeunes, soutiens du candidat à l’élection présidentielle sénégalaise du 24 février 2019, Khalifa Ababacar Sall.

Cette série d’arrestations est la nouvelle étape d'une succession d'actes de harcèlement à l'encontre de nombreux jeunes de l'opposition. En effet, deux jours avant, des soutiens de Karim Wade, un autre candidat à l’élection présidentielle, ont été cueillis manu militari sans aucun motif valable. Nous trouvons inadmissible, que dans un pays de droit, des jeunes innocents puissent être persécutés et arrêtés à leur domicile, sur leur lit en plein sommeil, qui plus est, en dehors des heures légales. Leur seul tort étant d’avoir manifesté leur opposition à un régime aux abois et un Président aux relents autoritaire et dictatorial.

L'abus du système judiciaire pour saper les droits des opposants dans notre pays est une violation grave de la Déclaration des droits de l’homme, qui stipule en son article 19 que «tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit. »

Face à ces entraves inacceptables, nous, soutiens de Khalifa Ababacar Sall en France, réclamons la libération immédiate et inconditionnelle de tous nos camarades arrêtés arbitrairement et leur assurons notre pleine et entière solidarité. Aussi, nous exigeons l'abandon de toutes les charges fausses et fabriquées contre eux.

Nous poursuivons notre combat pour la démocratie et la liberté d’expression au Sénégal et saisissons la communauté internationale pour le respect des libertés publiques, en particulier le droit de rassemblement et le droit de manifester que notre Président, Macky Sall devrait s’atteler à sauvegarder. Nous constatons avec amertume qu’en lieu et place il n’a de cesse de les torpiller.

Paris le 22 janvier 2019

 

 

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV