Au Liberia, joue-la comme Jessica

Afrique Connection | 23 / 11 / 2017 à 04:55

jessica.jpg

Jessica Quachie, du haut de ses 10 ans, aime chausser les crampons.

Le football est une affaire d'hommes au Libéria, à tel point que cette discipline sportive est qualifiée là-bas de ''man-ball''.

Mais peu importe, Jessica Quachie, du haut de ses 10 ans, aime chausser les crampons.

Elle vient de l'un des plus grands bidonvilles du pays, celui de West Point, à l'ouest de la capitale Monrovia.

"C'est à cet endroit que j'ai commencé à jouer au football à l'âge de six ans", raconte-t-elle à BBC Sport.

Ce tas de terre au milieu de maisons au toit de tôle n'a pas seulement été un tremplin pour poursuivre sa passion footballistique mais aussi celui qui lui a permis d'apprendre à lire et de prendre l'avion pour la première fois.

L'académie, inaugurée en octobre 2015, compte aujourd'hui 70 élèves dont 41 garçons et 29 filles âgés de 8 à 13 ans.L'académie, inaugurée en octobre 2015, compte aujourd'hui 70 élèves dont 41 garçons et 29 filles âgés de 8 à 13 ans.

 

Le mois dernier, elle a eu aussi la chance de faire ses preuves devant des dénicheurs de talent de Manchester United et de Monaco, champion de France en titre.

La petite fille a été découverte il y a deux ans par l'académie de football de Monrovia (MFA), un établissement qui prône l'égalité des sexes.

Le modèle de Jessica est justement une femme et elle la surnomme affectueusement la ''grande Marta''.

Il s'agit de la Brésilienne Marta Vieira da Silva, sacrée cinq fois meilleure joueuse de l'année de la FIFA.

Elle est la footballeuse féminine la mieux payée et sans doute la meilleure du monde.

Pourtant, le chemin est encore long pour les petites filles qui rêvent d'une carrière similaire.

Moins de 0,5% des jeunes pousses des meilleurs clubs se retrouvent dans la première équipe.

Néanmoins, le co-fondateur de MFA, Sekou Dgeorges Manubah, explique que son organisation souhaite aider les filles à accéder à des opportunités, dont le graal, un contrat professionnel.

"En Afrique de l'Ouest, le football féminin n'est pas bien structuré", déclare l'ancien international libérien à BBC Sport.

"Ils doivent faire un effort supplémentaire, c'est ce que nous essayons de changer" poursuit-il.

L'académie, inaugurée en octobre 2015, compte aujourd'hui 70 élèves dont 41 garçons et 29 filles âgés de 8 à 13 ans.

En plus du volet sportif, l'établissement dispense en parallèle une formation académique.

Un double cursus qui a permis à Jessica de rattraper très vite ses lacunes scolaires.

En effet, les conditions d'études au Libéria ne sont pas optimales lorsqu'on sait que plus de 100 enfants peuvent être dans la même classe.

"Nous sommes d'abord une école, puis un club de football", confirme William Smith, l'autre cofondateur de MFA.

''Nous sommes une structure très jeune, mais si nous pouvons donner l'exemple en amenant les filles sur le terrain, les faire jouer et étudier avec les garçons'' ajoute-t-il.

Victoria, la mère de Jessica, vendeuse de poisson au marché, est stupéfaite des progrès de sa fille.

''Je n'ai jamais su qu'elle pouvait jouer au football", dit-elle, ajoutant qu'elle pensait toujours que le principal talent de sa fille était la danse.

Une étoile filante qui laisse derrière elle la danse et qui rêve de fouler un jour les pelouses des plus grands stades européens. BBC

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV