PRESSIONS

Afrique Connection | 24 / 07 / 2017 à 10:16

C'est le mercato ! Et le Pds est tout heureux d'avoir fait signer Aissata Mbodj dans son équipe. Ça tombe bien. Parce qu'elle aussi est tout heureuse d'être retournée sur la pelouse où elle a fait ses premiers pas...politiques.

Samedi, il fallait la voir esquisser des pas de danse pour réaliser qu'elle était vraiment...malheureuse à l'APR. C'était lors de son meeting de ralliement à Grigny, dans cette même salle où, un jour de 2009, elle devint la première femme à trôner à la tête d'une section APR en France. Aissata Mbodj a regretté d'avoir misé sur le mauvais cheval de Macky, ou le mauvais cheval Macky.

Mais l'officialisation de son départ n'a pas été de tout repors. L'APR a tout tenté pour faire avorter ce départ. Jusqu'au dernier moment, Mme Mbodj a subi d'énormes pressions pour la faire revenir sur sa démission. Elles ont commencé quelques heures seulement après qu'elle ait modifié son profil Facebook (vendredi matin) en y apposant la mention « Je vote Coalition Gagnante Wattu Senegaal », avec une photo de la liste nationale Abdoulaye Wade. Des responsables de l'APR en France et au Sénégal ont tout fait en multipliant les coups de fil. On nous apprend que des délégations se sont même rendues chez elle pour essayer de la retenir. D'ailleurs, samedi, des rumeurs ont circulé selon lesquelles la star a accepté de surseoir à son meeting de ralliement le jour-même.

Parallèlement, les militants de la section aussi ont été travaillés au corps. Il leur a été demandé de ne pas aller garnir le meeting co-organisé avec le Pds, apprend-on. Tout ça n'a servi à rien. Parce qu'Aissata Mbodj a campé sur sa position. Bof, l'APR a enfin reconnu sa valeur. Mais c'était trop tard ! Car elle était déjà monté sur un autre cheval, qu'elle estime être le bon.

THD

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV