SON IMMUNITÉ PARLEMENTAIRE A ÉTÉ LEVÉE

SÉNÉGAL : ÇA SENT LE ROUSSI POUR LE KHALIFE DE DAKAR

Afrique Connection | 26 / 11 / 2017 à 12:07

khalif de dak.jpg

Le député-maire de Dakar Khalifa Sall

Le dernier obstacle vers un procès de Khalifa Sall, avec en toile de fond les "détournements" dans la caisse d'avance de la mairie de Dakar, a sauté la nuit dernière, avec la levée de l'immunité parlementaire du député- maire de la capitale sénégalaise.

La nuit a été chaude ce samedi à l'Assemblée nationale sénégalaise où les députés s'étaient réunis en vue de lever l'immunité du député-maire de Dakar, Khalifa Sall. La requête du Procureur est passée comme lettre à la poste, les députés ayant voté largement (125 voix pour et 25 contre ) pour la levée de l'immunité parlementaire du député.

Ce qui ouvre ainsi la voie à un procès sur cette affaire de la caisse d'avance de la Mairie de Dakar qui défraie la chronique au Sénégal depuis le début de l'année.

Accusé d'avoir puisé dans cette caisse d'avance sans justificatif, Khalifa Sall a été inculpé notamment d' « escroquerie aux deniers publics ». Il est incarcéré à la prison central de Rebeuss, un quartier de Dakar, depuis le 7 mars. Un emprionnement qui ne lui pas empêché d'être élu député le 30 juillet dernier sur la liste de Manko Taxawu Senegaal qu'il dirigeait.  

Dakar et 2019, vraie cause des ennuis de Khalifa Sall? 

Mais, pour ses partisans, cette poursuite judiciaire n'est qu'un prétexte du pouvoir pour « éliminer » un adversaire politique, comme ce fut le cas pour Karim Wade qui, d'ailleurs, vit en « exil » au Qatar depuis sa sortie de prison suite à une grâce présidentielle. En effet, Khalifa Sall est considéré comme un challenger redoutable pour Macky Sall à la présidentielle de 2019.

Les partisans de Khalifa Sall croient donc dur comme fer que Macky Sall et son régime, obstinés également à « récupérer » la Mairie de Dakar dirigée par Khalifa Sall depuis 2009, veulent donc faire d'une pierre deux coups: faire enfin basculer la capitale dans  l'escarcelle du pouvoir et "éliminer" de la course l'un des adversaires les plus redoutables pour Macky Sall en 2019.

Samedi soir, c'est dans une ambiance très tendue entre députés de la majorité et de l'opposition, que l'immunité de Khalifa Sall a ainsi été levée. Au grand bonheur des uns, et aux cris de « complot » pour les autres. Et surtout, au grand désarroi de Khalifa Sall qui, en cas de procès et une éventuelle condamnation, pourrait voir sa participation à la présidentielle de 2019 compromise. 

Cheikh SARR, Afrique Connection

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV