hommage

"Halte au racisme! Justice pour Mamoudou Barry": émotion, triste et colère à la marche blanche à Rouen en hommage au chercheur guinéen

Afrique Connection | 27 / 07 / 2019 à 09:08

Ils étaient plus d’un millier de personnes dans les rues de Rouen (Seine-Maritime), vendredi 26 juillet 2019, pour une marche blanche en l’honneur de l’universitaire Mamoudou Barry, tué à Canteleu, le 19 juillet 2019

L’avocat déplore « un crime raciste »

Avant le début de la marche, plusieurs proches de l’universitaire ont pris la parole devant la presse. L’avocat de la famille a déploré un « crime raciste » et a appelé à rendre justice au Guinéen de 31 ans, père d’une petite fille de deux ans. 

Mené par la famille de Mamoudou Barry et des proches, le cortège est ensuite parti vers 15 heures de la faculté de droit de Rouen et s’est dirigé vers le palais de justice. Très émue, la compagne de Mamoudou Barry n’a pas pris la parole.

200 personnes venues en bus de Paris

Selon les organisateurs, 200 personnes sont venues en bus de Paris, pour participer à cette marche. Pour la police, plus d’un millier de « marcheurs » étaient là pour rendre hommage à Mamoudou Barry.

Des Rouennais étaient aussi présents dans le cortège, comme Adam, un habitant de Rouen d’origine sénégalaise : 

Je ne le connaissais pas personnellement mais je ne vais pas attendre de perdre quelqu’un que je connais pour me sentir concerné.

« Halte au racisme » et « Justice pour le Docteur Mamoudou Barry », scandait la foule. Le député européen EELV David Cormand et des élus locaux comme l’ancien président de la région Haute-Normandie, Nicolas Mayer-Rossignol (PS) ont également marché pour Mamoudou Barry.

Des manifestations à Conakry et Paris

À l’autre bout de la terre, à Conakry, la capitale guinéenne, une centaine de personnes ont manifesté devant l’ambassade de France pour dénoncer le meurtre, avec des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « à bas le racisme, non à la violence », a constaté un journaliste de l’AFP.

SOS Racisme, qui s’est portée partie civile dans ce dossier, a appelé de son côté à organiser des rassemblements et des marches dans les villes de France entre vendredi et dimanche « pour dire non au racisme antinoir et non à toutes les formes de haine raciste ».

Un rassemblement est d’ores et déjà prévu, samedi 27 juillet, à 13 heures, place du Trocadéro, à Paris. Avec afp

 

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV