Et soudain, les journalistes de France 24 plièrent bagages…

Afrique Connection | 27 / 10 / 2017 à 10:17

Ce jeudi 27 octobre, trois heures seulement après le verdict sur le procès dit des « biens mal acquis », l'Ambassadeur de Guinée Équatoriale en France, Miguel Oyono Ndong Mifumu, a fait face à la presse panafricaine, française et internationale pour réagir. C'était dans un hôtel parisien.

Le diplomate en a profité pour s'insurger contre le « tapage médiatique » de la presse internationale, française notamment.

« Les médias ont contribué énormément à cette situation, par leur tapage médiatique. Même après le verdict, ça continue », explique t-il, s'en prenant vertement à France 24 qu'il semble accuser d'avoir dévoyé l'information du jour. Dans l'analyse du diplomate, la chaîne française a exagéré dans son récit sur le verdict, « alors que c'est une condamnation avec sursis ».

Plus tard, il rajoutera une couche. Une autre fois, c'est l'avocat qui viendra appuyer la thèse du complot médiatique. C'était visiblement la couleuvre de trop. Car les trois journalistes de France 24, après une brève concertation discrète, se sont levés et commencé à ranger leur matériel.

« Vous vouliez une interview après non ?», interroge le chargé de communication de l'ambassade. « Non là il faut qu'on rentre parce qu'on a un deadline », répond une journaliste de l'équipe.

Ils sont sortis discrètement de la salle, sans interrompre la conférence de presse.

Une contrainte de bouclage vraiment ? Peut-être !

TD

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV