nébuleuse du pétrole au Sénégal

Vidéo- De nouvelles révélations fracassantes sur le pétrole sénégalais: Franck Timis détiendrait d'autres puits de pétrole non connus du grand public

Afrique Connection | 28 / 07 / 2019 à 09:50

20190727_191342.jpg

En bas, Franck Timis; en haut, l'association qui vient de sortir un rapport révélant qu'il ne détiendrait pas que 2 puits pétroliers au Sénégal

D'après une enquête d'un collectif de citoyens sénégalais à Paris, qui vient officiellement d'être porté sur les fonds baptismaux, et dirigé par Aboubakeur Benjelloun, l'Etat du Sénégal cacherait d'autres contrats pétroliers attribués à Franck Timis qui défraye la chronique au Sénégal notamment à cause de ses liaisons opaques avec Aliou Sall, le frère du Président.

C'est ce qu'on appelle démarrer sur les chapeaux de roues. Samedi après-midi, le collectif de citoyens sénégalais en France pour la défense et la sauvegarde des ressources naturelles tenait son assemblée générale constitutive. A peine le bureau élu et installé, le président du collectif, Aboubakeur Benjelloun, a frappé fort d'entrée en révélant à la presse une "bombe" relative à l'exploitation du pétrole au Sénégal.

Au terme d'une enquête rondement menée, Benjelloun et ses camarades ont produit un rapport qui stipule que Franck Timis a plus de puits de pétrole au Sénégal qu'on ne lui prête. Il serait ainsi partie prenante dans des contrats autres que ceux déjà connus du grand public et qui portent sur les blocs de Rufisque Offshore profond (ROP) et Sénégal Offshore Sud profond (SOSP).
D'ailleurs, enfonce Benjelloun, ce dernier bloc (SOSP) n'est pas libre contrairement aux informations officielles des autorités; et Franck Timis y serait toujours détenteur d'une importante part.

Dans son rapport, le collectif présidé par Benjelloun, qui prépare une plainte contre Aliou Sall à Paris, a pu établir un lien entre ces contrats pétroliers et la première visite de Macky Sall à Abu Dhabi (Emirats-Arabes-Unis, mi-mars), après sa réélection, et celle plus récente du Prince héritier des Emirats à Dakar. 

De même, la dernière viste à Abou Dhabi du président gambien Adama Barrow, dont la proximité avec Macky Sall n'est un secret pour personne, entrerait dans le cadre du même deal pétrolier, puisque Franck Timis détiendrait deux puits dans le pays anciennement dirigé par Yaya Jammeh. Voir en vidéo les révélations de Benjelloun.

Thierno DIALLO, Afrique Connection

 

Benjelloun à la tête du collectif, ou la concrétisation d'un processus sans suspense

Samedi, dans la première partie de la rencontre qui s'est tenue dans une salle du 18e arrondissement de Paris, plusieurs sénégalais ont pris part à l'assemblée générale consititutive du Collectif des citoyens sénégalais de France pour la défense et la sauvegarde des ressources naturelles.

Ce Collectif a été lancé à chaud quelques jours après les révélations de la BBC sur la corruption supposée de Aliou Sall, frère du Président de la République, dans le cadre des contrats pétroliers au Sénégal.

 

Le collectif a pour objet principal la promotion d'une bonne gouvernance des ressources naturelles sénégalaises.
Après de longues heures de débats démocratiques sur les statuts du Collectif, il a été procédé à l'élection du bureau. C'est Aboubakeur Benjelloun, élément emblématique de la société civile sénégalaise en France depuis décennies, par ailleurs président en France du mouvement Sénégal Rek fondé par l'architecte Pierre Atépa Goudiaby, qui a été élu à 99% président du collectif (liste du bureau à suivre).
Une élection sans surprise puisque depuis que l'idée d'une formalisation et officialisation du collectif a été lancée, une majorité écrasante des initiateurs a proposé la candidature de celui qui est plus connu sous l'appelation "BEN". Seul Ibrahima Thiam, qui s'est retiré du processus, avait publiquement opposé son véto. Hier, son intronisation est passée comme lettre à la poste.


Mais avant même sa naissance officielle hier, le collectif avait déjà commencé le travail sur le terrain et dans les coulisses. Avec l'organisation de manifestations, devant le siège de l'OECDE notamment, et d'une conférence de presse il y a deux semaines.
Le collectif a déjà annoncé une plainte contre Aliou Sall, il n'attendait plus que son officialisation pour lancer la procédure.

Egalement dans son agenda, la participation à la Fête de l'Humanité, en septembre, où Benjelloun et ses camarades tiendront un stand. Ce sera à coup sûr une belle fenêtre d'exposition dans le cadre de leur dénonciation de la manière "opaque" dont les ressources naturelles sénégalaises sont actuellement gérées. 
TD

 

Afrique Connection TV