sur la route de la présidentielle sénégalaise

Me Mame Adama Guèye : ses menaces aux forces de sécurité, son injonction au peuple, et la nomination de responsables de l'APR à la tête des trois organes de la presse publique

Afrique Connection | 29 / 01 / 2019 à 12:10

Samedi dernier, le fondateur de la Plateforme opérationnelle de sécurisation des élections (Pose), Mame Adama Guèye,était invité de l'émission Le Plateau du Sénégal, sur la Radio Galère à Marseille.

Il a été interpellé par l'animateur Lamine Diakhaté et les auditeurs sur le processus électoral, l'état de droit et la démocratie au Sénégal.

Celui qui a retiré sa candidature à la présidentielle avant même la première étape de filtrage (vérification des parrainages par le constitutionnel), a fait une analyse sans concession sur la démocratie au Sénégal.

« Macky Sall est en train de transformer le Sénégal en République bananière. Il ne faut pas se leurrer, notre président ne croit pas à l'état de droit. Notre démocratie est sérieusement menacée », tonne t-il.

"Les trois organes de la presse publique (RTS, Le Soleil et l'APS) sont dirigés par de hauts responsables de l'APR"

Avant de lancer un message d'avertissement aux forces de l'ordre, dans la perspective de l'élection présidentielle du 24 février.

« Vous êtes au service de la république, vous devez loyauté à la république, vous avez fait allégeance à la république, vous ne devez donc rien faire d'illégal. Sachez que pour les élections, il ne s’agit pas d'un président de la République face à d'autres personnes, il s'agit d'un candidat face à d'autres candidats. Donc les forces de sécurité doivent utiliser la force dans la sérénité, la responsabilité et la légalité. On a prévenu les forces de sécurité qu'on se donnera tous les moyens pour documenter toutes les dérives des forces de sécurité, pour pouvoir les poursuivre dans une juridiction internationale », lance le coordonnateur de la POSE.

L'avocat Adama Guèye a également eu un message à l'endroit du peuple sénégalais.

« Les citoyens aussi doivent s'ériger en rempart de la démocratie. Ils ne doivent pas se dire que c'est aux hommes politiques de défendre notre démocratie. Sachez donc que la démocratie du Sénégal est un patrimoine à défendre. C'est ça qui va nous garantir des élections transparentes, qui vont va garantir à leur tour une paix et stabilité sociale », relève t-il.

Avant de constater des faits qui, à son avis, suffiraient pour résoudre à l'évidence que le Président Macky Sall a préparé une « mascarade électorale ».

« Pourquoi subitement à quelques encablures des élections le Président de la République a décidé de promouvoir une loi pour neutraliser Internet ? », s'interroge-il avant de continuer :

« Aujourd’hui les trois organes de la presse publique (RTS, Le Soleil et l'APS) sont dirigés par de hauts responsables de l'APR. On a mis à la tête du CNRA quelqu'un (Babacar Diagne) qui est d'une docilité que out le monde connaît : il a servi à Abdou Diouf puis il a retourné sa veste, il a servi à Abdoulaye Wade puis il a retourné sa veste. L'objectif de sa nomination par Macky Sall est de se donner les moyens de coercition sur la presse privée. »

L'intégralité de l'émission Le Plateau du Sénégal est à réécouter ici.  

Cheikh SARR, Afrique Connection

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV