diplomatie

Les propos de l’ambassadeur du Mali en France qui provoquent un incident diplomatique

Afrique Connection | 29 / 02 / 2020 à 09:52

En accusant des soldats français de la Légion étrangère d’avoir un comportement déplacé dans les « Pigalle de Bamako », l’ambassadeur du Mali en France a provoqué un grave incident diplomatique. Le ministre malien des Affaires étrangères est actuellement à Paris, pour désamorcer la crise.

« Je vais vous parler franchement, dans ces forces il y a les officiers, il y a l’armée normale, mais il y a aussi les légions étrangères et c’est là le problème. (…) Je vous dit, en vous regardant droit dans les yeux que par moments, dans les « Pigalle » de Bamako, vous les y retrouvez tatoués sur tout le corps, en train de rendre une image qui n’est pas celle que nous connaissons de l’armée nationale du Mali. Ça fait peur, ça intrigue et ça pose des questionnements ». L’ambassadeur du Mali en France a-t-il eu conscience de l’incident diplomatique qu’il venait de déclencher en prononçant ces quelques phrases lors d’une audition devant des sénateurs français ?

« Vous avez stigmatisé l’armée française »

L’ambassadeur s’exprimait dans le cadre de l’audition des ambassadeurs des pays du G5 Sahel devant la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées du Sénat français, mercredi. Et Toumani Djimé Diallo avait pourtant pris soin d’employer, d’abord, des termes soigneusement pesés.

« Le président Ibrahim Boubacar Keïta l’a dit : tous ceux qui aujourd’hui au Mali appellent au départ des forces étrangères et notamment Françaises sont des ennemis, des complices des djihadistes », a-t-il notamment déclaré. Il a également affirmé qu’il « n’y a pas véritablement de sentiment anti-français au Mali », mais un « ressenti au sein de la population » vis-à-vis de la présence militaire française, notamment faute de victoire « plus probantes ».

Mais la petite phrase sur les légionnaires n’est pas passée. Et les propos « francs » du diplomate malien (à écouter sur ce lien, à 10 mn 57) ont immédiatement déclenché la colère de plusieurs des parlementaires français présents. Séance tenante, Jean-Marc Todeschini, vice-président de la Commission, a exprimé son indignation.

« Vous avez stigmatisé l’armée française à travers des comportements certainement vrais de certains soldats », a regretté le sénateur. Vous n’ignorez pas qu’au sein du ministère de la Défense, tout cela est surveillé de près. Mais ces sujets doivent remonter aux états-majors et dans les discussions politiques que nous avons de cabinet à cabinet. Si vos propos sont repris, cela va contribuer à renforcer ce que nous dénoncions. » À savoir le sentiment anti-français qui gagne du terrain dans une frange de l’opinion publique ouest-africaine, et malienne en particulier.

Le soir même, l’état-major français a rétorqué que les légionnaires n’étaient pas stationnés à Bamako, assurant par ailleurs que ceux-ci « n’ont ni quartier libre ni temps de repos hors des bases opérationnelles » de Barkhane, situées dans le nord du pays. Quant au cabinet de Florence Parly, la ministre française des Armées, il est aussi monté au front, assurant qu’il n’y a « quasiment plus de soldats français stationnés à Bamako ».

Dès le lendemain, jeudi, Toumani Djimé Diallo a été convoqué au ministère français des Affaires étrangères. « Nous lui avons exprimé notre indignation devant ses propos sans fondement et choquants de la part d’un pays allié dans la lutte contre le terrorisme », confie à Jeune Afrique une source au Quai d’Orsay.

Tiébilé Dramé à Paris pour désamorcer la crise

À Bamako, l’incident est pris très au sérieux. D’autant plus que les autorités ont, ces dernières semaines et dans la foulée du sommet de Pau, multiplié les déclarations pour prendre leurs distances avec des figures du mouvement réclamant le départ des forces étrangères du pays. Parmi elles, le député du Rassemblement pour le Mali (RPM, au pouvoir), Moussa Diarra, qui a dû rendre sa carte du parti.

Le ministre malien des Affaires étrangères, Tiébilé Dramé, a pour sa part immédiatement programmé une visite en urgence à Paris, où il est arrivé ce vendredi. Il devait notamment y rencontrer à l’Élysée Franck Paris, le conseiller Afrique d’Emmanuel Macron, avant de s’entretenir avec Florence Parly, la ministre des Armées. L’objectif, désamorcer la crise, et « renforcer les relations d’amitié et de coopération entre les deux pays ».

 

À l’Elysée, il rencontrera Franck Paris, le conseiller Afrique d’Emmanuel Macron. Il échangera ensuite avec Florence Parly, la ministre des Armées. Le ministre malien, qui est également attendu à l’Assemblée nationale, s’est rendu au Sénat, où il a été reçu par Gérard Larcher, son président.

Tiébilé Dramé s’est désolidarisé des propos de l’ambassadeur et a insisté sur le fait qu’« en combattant les terroristes qui menacent les populations locales, aux côtés des armées des pays du G5 Sahel et au péril de leur vie, les militaires français font honneur à la Nation. Ils assurent aussi notre protection à tous. » Le ministre malien doit également s’entretenir avec le président de la Commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées. Il est également attendu à l’Assemblée nationale.

L’ambassadeur Toumani Djimé Diallo, lui, a été convoqué à Bamako pour « consultation ». Secrétaire général de la présidence de 2013 à 2014, au début du premier quinquennat d’IBK, directeur du cabinet du président de 2014 à 2015 avant d’être nommé ambassadeur en Allemagne, puis en France, ce proche d’IBK pourrait, selon une source officielle malienne, perdre son statut d’ambassadeur à Paris.

« Il y a une demande de retenue de la part d’un ambassadeur qui n’a pas été respectée. Et surtout, ses déclarations se basent-elles sur des éléments probants ? Je ne le pense pas », estime pour sa part Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition malienne. « En toute logique, il devrait être rappelé. On ne peut pas se permettre de commettre une faute aussi grave avec un partenaire important. »

La société civile malienne, elle, hésite pour le moment à s’emparer du sujet soulevé par l’ambassadeur. « Des gens se plaignent souvent du comportement des troupes étrangères, mais ils ont peur de parler », confie sous couvert de l’anonymat une activiste défendant les droits des femmes au Mali. Jeune Afrique

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV