Verdict procès dit des « Biens mal acquis » 

La surprenante réaction des parties civiles, après le sursis contre Teodorin Obiang

Afrique Connection | 29 / 10 / 2017 à 02:01

bourdon.jpg

Me William Bourdon, de l'ONG Transparency International

Ce n'est sans doute pas le verdict auquel ils s'attendaient les avocats de la parties civiles, qui étaient très offensifs et très virulents durant le procès qui s'est déroulé tribunal correctionnel de Paris fin juin-début juillet.

Le vice-président de Guinée – Équatoriale s'en est sorti avec un sursis. Mais les parties civiles semblent y voir une part de victoire.

« Maintenant on sait qu‘un chef d’État ou un fils de chef d‘Etat peut être condamné”, a déclaré à Reuters Jean-Pierre Spitzer, avocat de la CORED, un regroupement d‘opposants équato-guinéens.

“En plus il y a deux grands signaux : l’État français ne peut plus être un sanctuaire et le système bancaire est appelé à faire très très attention dans le futur”, a-t-il ajouté.

A (relire également: Les quatre vérités de l'ambassadeur de la Guinée Équatoriale après le verdict sur le procès contre le vice-président Teodorin Obiang

William Bourdon, avocat de l‘ONG Transparency international France (TIF), a fait valoir que les sursis ne devaient pas être compris comme une “faiblesse” ou une marque de “générosité” de la part du tribunal, dont il a au contraire salué le “courage”.

“Il a dit que ces infractions de blanchiment n‘ont pu prospérer qu‘en raison d‘une triple tolérance de la Société générale, de la Banque de France, des autorités françaises.”

Afrique Connection, avec Reuters

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV