Le fantôme Valère Germain, ce boulet de l'OM épargné par les critiques (au contraire de Mitrogoulou)

Afrique Connection | 30 / 04 / 2018 à 09:57

L’OM a été ralenti à Angers (1-1) dans un match très difficile qui aurait pu tourner très mal pour les Marseillais. Les joueurs n’ont pas proposé ce qu’il fallait, particulièrement Valère Germain qui vit une période très compliquée.

Des statistiques insuffisantes

7 buts en championnat et 4 passes décisives, 4 buts en Europa League. Des statistiques indignes d’un numéro 9 titulaire de l’Olympique de Marseille.

Lorsqu’il signe au club à l’été 2017, tout le monde s’attend à voir le joueur franchir facilement la barre des 10 buts et la majorité s’accordent à dire – à raison – que l’OM vient de réaliser un très bon transfert. Les semaines passent mais Valère ne marque pas en championnat en sauvant seulement la face en Europa League. Garcia croit en lui et même si la concurrence s’installe avec Mitroglou, l’ancien monégasque garde la confiance du coach. Il se crée de nombreuses occasions, touche les montants mais n’arrive pas à marquer ! Il faudra attendre la 17ème journée (une éternité !) pour le voir enfin débloquer son compteur avant d’inscrire un doublé. On se dit qu’il est lancé puisqu’il enchaine avec des buts aux 19ème, 20ème, 23ème et 24ème journées ! Mais c’est un feu de paille et à part un but à Dijon à la J31, la fin de saison de Germain voit surtout le réveil de Mitroglou qui devient le titulaire indiscutable au poste.

Un apport réduit au néant

À l’image de son match cette après-midi à Angers, la plupart des rencontres de Germain se ressemblent : très peu d’occasions, des choix très discutables, des efforts qui ne servent à rien, des fautes inutiles, un rôle de pivot plus du tout maitrisé. Il devient même un poids pour l’équipe qui semble jouer à 10 lorsqu’il est aligné. Même son apport défensif devient mauvais, il presse mal, il se replie à contre-courant et n’est jamais dans le rythme lorsque l’adversaire a le ballon dans son propre camp.

Face au SCO, une action a symbolisé ce qu’il est devenu. Après une passe ratée quelques secondes auparavant donnant ainsi le ballon à Angers, Germain s’est fendu d’un tacle absolument bête à l’entrée de la surface pour offrir une égalisation d’égaliser à Flavien Tait sur coup-franc. Un boulet.

Défendu par tout le monde

Germain bénéficie d’un statut particulier à Marseille, il est le fils d’un ancien joueur presque mythique du club. Les supporters lui passent donc beaucoup de choses et ne cessent de l’encourager alors que sa disette de 16 matchs sans marquer aurait déchainé les enfers sur un autre joueur.

Valère bénéficie également d’un traitement particulier dans les médias qui eux aussi apprécient son père mais surtout le joueur. Alors que Mitroglou fut critiqué de manière très forte par les journalistes (Dugarry, Ménès, etc…), Germain n’essuie lui aucune critique alors qu’il produit des performances presque plus scandaleuses que celles reprochées au Grec.

Un rôle certes pas évident pour lui

Alors oui Germain n’est pas un pur 9 capable d’évoluer seul en pointe. L’ancien joueur de Monaco aime avoir un autre attaquant à ses côtés comme il pouvait l’avoir avec Radamel Falcao avec qui il formait un superbe duo. Mais en signant à l’OM, il savait à quoi s’attendre et il savait que Rudi Garcia n’était pas un adepte d’une attaque à 2 éléments. Malgré cela, il avait toutes les cartes en main pour mieux s’en sortir et pour proposer des partitions plus en adéquation avec son talent qui n’a pas disparu même si actuellement on a l’impression que ce talent s’est envolé.

Mitroglou blessé pourrait manquer de nombreux matchs, c’est une aubaine pour Germain qui va absolument devoir tout mettre en œuvre pour sauver une saison qui pour le moment est négative. Mais 2 ou 3 buts décisifs peuvent parfois faire pencher la balance…

Lino Treize, Yahoo Sports

Top 10 + Populaires