Avis de tempête dans Bokk Gis-Gis France

Une fronde en gestation pour « dégager » le coordonnateur accusé de « dictature » et de « détournement d’argent » (Afrique Connecion)

Afrique Connection | 31 / 10 / 2015 à 11:18

IMG_0810(2).JPG

Ibrahima Thiam (à gauche), coordonateur de Bokk Gis Gis- France, avec Pape Diop, le leader national de son parti, ancien Président du Sénat du Sénégal et ancien maire de Dakar. Le premier est très contesté aujourd'hui

À voir le meeting réussi de Pape Diop il y a deux semaines à Mantes-la-Ville, on se dirait que la vie est toute rose dans la Fédération française de son parti Bokk Gis Gis. Erreur! Car, en interne, le coordonateur Ibrahima Thiam est contesté depuis plusieurs mois par un certain nombre de responsables qui l’accusent de "sectarisme" de « dictature ». Le malaise, accentué par sa gestion «louche » des 10000 euros pour l'organisation du meeting du 17 octobre, est si profond que des manœuvres sont en cours pour le débarquer lors de l'assemblée générale prévue courant novembre. L’intéressé botte en touche et menace de porter plainte pour tout « mot de trop ».

Le meeting de Pape Diop à Mantes-la-Ville, le 17 octobre dernier, était incontestablement une  réussite sur le plan de la mobilisation. Pour autant, ça n'aura pas suffi pour éteindre l'incendie qui couvait dans la fédération Bokk Gis-Gis de France depuis plusieurs mois. C'est que les griefs portés contre le coordonnateur Ibrahima Thiam sont très tenaces pour être grattés d’un seul coup de pinceau. "Sectarisme", "dictature", "manque d'expérience"...les détracteurs de Thiam ne prennent pas de pincettes pour juger sa gestion « solitaire » de la fédération. 

Une ambiance plombée

« On ne peut pas dire que tout va bien alors qu'il y a un grand malaise dans la fédération. Il y a pleines de choses bizarres qui bloquent le bon fonctionnement de la fédération et plombent l'ambiance dans le groupe. Si ça continue comme ça ce n'est pas bien pour le parti», résume  le Secrétaire général Sory Camara.

« Pendant les réunions,  il dit c'est moi le coordonateur, c'est moi qui propose et c'est moi qui décide. Depuis plus de trois mois, je ne réponds plus à ses convocations parce que je ne peux pas aller en réunion et écouter une seule personne », renchérit Amadou Nguette, chargé des Affaires extérieures. 

L'ancien coordonateur, Amadou Barry, dont le travail pour la création du parti en France avait été publiquement salué le 17 octobre par son leader Pape Diop, n'a jamais participé aux réunions convoquées par Thiam depuis un an. Il ne se présente que quand le chef du parti est là. Tout simplement parce qu'il ne reconnaît pas le bureau.

« Il m'a fait un coup d'Etat pour prendre ma place », se souvient- il. « IL se croit plus intelligent que tout le monde, il connaît rien en politique. Et quand on lui dit il faut aller vers les Sénégalais de France il oppose son veto. Il croit que faire de la politique c'est de rester dans son coin, rester injoignable au téléphone, mais il se trompe », insiste Amadou Barry, ancien membre du Pds et ancien conseiller du Président Abdoulaye Wade. 

Controverse sur les 10 000 euros pour le meeting

La frustration des responsables du bureau est plus grande depuis que Pape Diop leur a remis 10 000 euros pour l'organisation du meeting de Mantes-la-Ville. Cette somme auraitit été remise par M. Diop à Sory Camara, lors d'une réunion. Mais,  accuse Amadou Nguette, « à la fin de la réunion il a forcé Sory pour récupérer l'argent. Il a détourné une partie de l'argent et revient nous dire qu'il a même rajouté 1000 euros car les 10 000 ne suffisaient pas ».

« Ça ne s’est pas passé comme ça. C’est à moi que Pape Diop avait remis l’argent, ensuite je l’ai confié à Sory, puis je l'ai récupéré à la fin car c’est moi la personne morale de la fédération, c’est moi qui ordonne les dépenses, donc c’était à me de garder cette somme pour m’assurer que tout se passe bien », rétorque Ibrahima Thiam. Qui ajoute : « ils veulent que je distribue l’argent aux gens qui sont venus au meeting, et moi je ne veux pas ça. On n’a pas la même conception de la politique.

Pour tous ces griefs, les détracteurs du coordonnateur sont aujourd’hui déterminés à le « dégager pour le bon fonctionnement » de la fédération.

Amadou Nguette : « On en a marre. On ne veut plus de Thiam comme coordonateur. Et s’il est vrai comme il le dit que c’est Pape Diop qui l’impose, alors c’est la mort du parti en France. On s’était trompé sur la personne de Thiam quand on l’élisait il  y a un an. Sur ce coup, Amadou Barry avait bien vu en disant que les gens allaient regretter Maintenant, on va essayer de trouver un consensus sur une personne pour le remplacer. »

Sauf que le groupe frondeur est sûr que Thiam ne se trouve pas dans les » dispositions de renouveler, se prévalant de la « proximité d’avec la femme de Pape Diop et le soutien de chef ».

Pour ce groupe, le mandat de Thiam s’arrête le 14 novembre.

Ce samedi, une réunion de bilan qui risque d'être très houleuse 

« J’ai toute la latitude de ne pas organiser le renouvellement parce que les statuts du parti m’autorisent à rester coordonateur pendant 3 ans, donc jusqu’en 2017. Mais je veux le faire parce qu’on doit enlever les gens qui ne viennent plus et les faire remplacer par de nouvelles têtes. »

Touché par les attaques, il précise : « ils ont la légitimité de proposer leur candidat, mais pas celle de m’attaquer dans la presse. Je préviens que celui qui dira un mot de trop sur moi je porterai plainte contre lui pour diffamation ».

La réunion sur le bilan du meeting  qui a lieu ce samedi à Paris risque d’être très houleuse. Elle sera, à coup sûr, un avant-goût de l’Assemblée générale de renouvellement prévue le 21 novembre, mais que l’enjeu et les guéguerres de positionnement ne garantissent pas qu’elle aura bien lieu à cette date ou même ultérieurement.  

Thierno DIALLO

Amadou Barry

Amadou Barry

 

Amadou NGUETTE

Sory Camara, SG de la Fédération Bokk Gis Gis de France

Sory CAMARA

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV