Pascal Affi N’guessan

Président du Front populaire ivoirien (FPI)

Afrique Connection | 17 / 02 / 2014 à 10:35

« Nous avons des responsabilités dans la crise, mais le rôle que nous avons joué n’a rien à voir avec le rôle que Gbagbo a joué »

«On ne peut réussir le dialogue que si le président Laurent Gbagbo rentre en Côte d’Ivoire. Qu’on soit FPI, PDCI ou RDR, on doit comprendre que le temps de l’enfermement de Laurent Gbagbo est fini, le temps où on a affrété un avion pour transférer Laurent Gbagbo à La Haye est passé, on a vu que cela n’a pas fait avancer la Côte d’Ivoire, mais qu’au contraire cela nous maintient dans la division. Comment peut-on faire la réconciliation si celui qu’on a affronté est en prison quelque part ? Nous avons des responsabilités dans la crise, mais le rôle que nous avons joué n’a rien à voir avec le rôle que Gbagbo a joué.

C’est lui qui était candidat à l’élection présidentielle en 2010, ce n’est pas moi, ni Gossio Marcel ni Amani N’guessan. Pourquoi se réconcilier avec moi alors que celui contre qui vous vous êtes battu est à La Haye ? Se réconcilier avec moi est important certes, mais se réconcilier avec le candidat contre lequel on s’est battu en 2010 est fondamental. C’est pour cela qu’il faut que Laurent Gbagbo revienne si on veut vraiment la réconciliation pour la Côte d’Ivoire. 

Les Blancs attendent que nous soyons tous d’accords pour que Gbagbo revienne parce qu’ils n’ont pas de preuve contre lui (…) Son parcours montre que tout ce dont on l’accuse ne peut pas être vrai, parce que tout le monde le connaît». Ces propos constituent les temps forts du discours de Pascal Affi N’guesan, lors d’un meeting Front Populaire Ivoirien (FPI), tenu ce week-end ce week-end à Abidjan.  

Top 10 + Populaires

Afrique Connection TV